RMC Sport

France-Russie : les Bleus de retour au Stade de France pour "aller de l’avant"

-

- - AFP

Avec la réception de la Russie ce mardi, pour le dernier match amical avant de l’annonce de la liste des 23 pour l’Euro, les Bleus vont refouler la pelouse du Stade de France pour la première fois depuis les attentats survenus à Paris, le 13 novembre dernier, en marge de France-Allemagne. Avec la volonté de tourner la page, sans oublier toutefois.

« Personne n'oublie, mais ça n'occupe pas les discussions ». La formule lâchée par Didier Deschamps en conférence de presse ce lundi peut paraître abrupte, mais résume la volonté de l’équipe de France de retrouver son enceinte de Saint-Denis sans appréhension.

Pour son premier match au Stade de France depuis la nuit tragique du 13 novembre et la vague d’attentats qui a frappé Paris en marge du match France-Allemagne, l’équipe tricolore entend surtout se concentrer sur le terrain, et pas les à-côtés. « Je ne vais pas oublier, comme personne n’oubliera. J'espère que les derniers événements ne se reproduiront jamais. Mardi, on a un match de football contre la Russie. Il faut s’en rappeler, mais on doit aller de l'avant », a expliqué Didier Deschamps.

Lloris : « Il faut qu’il y ait un lendemain »

Des propos qui font échos à ceux du capitaine des Bleus, Hugo Lloris. « Pour être honnête, on n'en parle pas entre les joueurs, explique le gardien de Tottenham. On est davantage concentré sur le match ». Il admet toutefois une symbolique forte dans ce retour à Saint-Denis : « C'est important de revenir au Stade de France. Après un traumatisme comme celui-ci, il faut qu’il y ait un lendemain. Pour les joueurs et pour le public. Il faut de la confiance pour nous et pour le service de sécurité. Il faut continuer de vivre notre passion tous ensemble : joueurs, supporters, journalistes ».

Giroud : « Rendre hommage aux victimes de ces attentats en gagnant ce match»

L’attaquant d’Arsenal, Olivier Giroud, aura à l’esprit cette soirée tragique du 13 novembre au moment de fouler la pelouse face à la Russie. « Avant d’être des sportifs de haut niveau, on est des humains, forcément ça nous touchera, a-t-il expliqué samedi. Il faudra quelque part rendre hommage aux victimes de ces attentats en gagnant ce match ». Il souhaite une fête réussie, pour donner un signal rassurant avant le début de l’Euro : « Le 10 juin on a un match important à jouer au stade de France, en ouverture face à la Roumanie. On espère que ce sera une belle répétition générale face à la Russie ».

Jallet : « La vie reprend son cours »

Christophe Jallet, le latéral droit de l’Olympique Lyonnais abordera la rencontre sans peur, et a même « conseiller à ses proches de venir au stade ». « À l’époque, on avait vécu les choses difficilement, quasiment de l’intérieur parce que ça s’était passé à côté de nous (deux explosions aux abords du stade). Mais comme on l’avait déjà dit, la vie reprend son cours » a-t-il conclu.