RMC Sport

France-Serbie : Matuidi n’a plus de limites

Blaise Matuidi

Blaise Matuidi - AFP

Etincelant avec le PSG en ce début de saison, Blaise Matuidi a confirmé sa belle forme avec l’équipe de France, en inscrivant notamment un doublé ce lundi soir face à la Serbie (2-1). Pas de doute, le milieu de terrain parisien a définitivement changé de statut, s’imposant logiquement comme un patron.

Si Blaise Matudi aime les histoires, nul doute qu’il doit connaître celle de la dernière visite des Bleus en Gironde. Un soir de 17 août 1994, le public de Chaban-Delmas assistait à la naissance de son nouveau bijou national, Zinedine Zidane, auteur d’un doublé face à la République tchèque (2-2). Vingt et un an plus tard, en ce lundi soir de France-Serbie (2-1), l’équipe de France retrouvait Bordeaux et son nouveau stade, le Matmut Atlantique. Et si « ZZ » a bien pris sa retraite depuis quelque temps, les supporters girondins ont contemplé l’avènement d’un autre joyau, celui de Blaise Matuidi au rang de patron.

« Matuidi s’est nourri d’Ibrahimovic et Pastore »

Auteur d’un début de saison quatre étoiles avec le PSG (deux buts, deux passes décisives en quatre matches), le numéro 14 des Bleus a confirmé qu’aujourd’hui, il jouait sur une autre planète. Certainement sur celles des stars, comme Zlatan Ibrahimovic ou Javier Pastore, avec qui il ne cesse de progresser au Camp des Loges. « Blaise Matuidi travaille auprès de joueurs talentueux et s’est nourri de joueurs comme Ibrahimovic, Pastore ou même Cavani, explique Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC Sport. C’est un garçon qui a totalement changé en trois ou quatre années. Il a énormément progressé. Et ça, j’adore ! »

Déjà très précieux face au Portugal vendredi dernier (1-0), Matuidi, rebaptisé « Matuidi Charo (charognard, ndlr) », ces dernières semaines par les internautes et le rappeur Niska, est monté d’une catégorie ce lundi soir pour terrasser presque à lui seul les Serbes. Fêtant sa 37e sélection en équipe de France, l’infatigable milieu de terrain de 28 ans a montré qu’il n’avait plus de limites en signant ses 45 minutes jouées d’un doublé remarquable, portant à six buts son total avec les Bleus. Une belle tête piquée sur un centre de Sagna (10e) et un chef d’œuvre : une reprise de volée fulgurante aux 20 mètres, chronométrée à 105 km/h (25e). Ne cherchez plus, le patron des Bleus, c’est bien lui !

« Il franchit encore un palier »

« Dans l’activité et le pressing, il est toujours là. Aujourd’hui, il a une efficacité offensive maximale depuis le début de saison, souligne Didier Deschamps. Il est en confiance, ça se sent et ça se ressent. Il a des bonnes prises de balle, ses frappes sont cadrées. Il met deux très beaux buts aujourd’hui, dont un de la tête. Il franchit encore un palier dans son rôle de récupérateur. Le volume, il l’a toujours eu et il l’aura toujours. Quand il amène cette précision et cette efficacité offensive, ça nous fait du bien. » Arrivé au PSG en 2011 comme jeune espoir de Saint-Etienne, Blaise Matuidi a longtemps été considéré comme excellent marathonien. Cet infatigable milieu de terrain qui enchaîne les efforts durant 90 minutes.

Mais aujourd’hui, ce gaucher d’1m75 est plus que ça ! Il s’installe logiquement parmi les stars du PSG et de l’équipe de France et a surtout appris à devenir décisif. Une arme indispensable au plus haut niveau. « Blaise est impressionnant sur ce début de saison, comme il l’a été ces dernières années, atteste son coéquipier en sélection Morgan Schneiderlin. C’est un joueur qui a un abattage fantastique. Quand il met des buts extraordinaires, il complète très bien sa palette. Je lui ai dit avant de partir que je voulais le voir à dix buts au mois de novembre. S’il continue comme ça, il va le faire ! » Avec quatre buts et deux passes décisives sur ses six derniers matches, il est en tout cas bien parti.

Alexandre Mispelon