RMC Sport

France-Suède: "habitué à être chahuté", Giroud assure ne pas être revanchard

Auteur mardi soir d'un doublé avec les Bleus contre la Suède (4-2), Olivier Giroud a su rebondir après son mauvais match contre la Suède et sa non-titularisation au Portugal. L'attaquant assure néanmoins ne pas avoir pris de revanche, tandis que Didier Deschamps déplore encore un traitement "souvent injuste".

Hors-sujet contre la Finlande, remplaçant lors du match décisif au Portugal, Olivier Giroud a répondu mardi soir avec un doublé lors de la victoire 4-2 de l'équipe de France contre la Suède en Ligue des nations. En manque de temps de jeu à Chelsea, l'attaquant de 34 ans a fait la différence en égalisant en première période (16e) et en marquant d'une tête sur un centre de Kylian Mbappé (59e). Mais il l'assure, ses 43e et 44e buts internationaux ne constituent pas une revanche sur ses détracteurs. "Pas du tout", a-t-il lâché au micro de M6.

"Jamais. Je suis habitué à être chahuté. Ça fait partie de mon expérience, de ma carrière et ça me donne encore plus de force. Je n'ai aucun soucis avec ça", a déclaré Olivier Giroud, par ailleurs satisfait que l'équipe ait su "apprendre" de sa défaite 2-0 contre les Finlandais. "Ce rassemblement est positif. Même si tout n'est pas parfait, il y a quand même beaucoup de motif de satisfaction", a-t-il assuré.

Deschamps: "On est souvent trop injuste avec lui"

"Les piques, ça vient de l’extérieur, a déclaré Didier Deschamps à son sujet en conférence de presse d'après-match. Je discute avec lui, il est conscient de la situation. On ne peut pas remettre en cause ce qu’il a fait, ce qu’il est capable de faire et ce qu’il pourra faire. Il l’a prouvé encore ce soir. C’est un cas un peu à part. On a l’impression qu’à chaque fois qu’il vient, il faut qu’il fasse ses preuves. Evidemment, il est toujours compétitif. Il vient avec un déficit physique. Depuis octobre, il a eu très, très peu de temps de jeu. Le premier match lui a servi. Il est bien rentré au Portugal. Là, il met deux beaux buts. On ne parle pas d’un joueur qui n’a rien fait jusque-là. On est souvent trop injuste avec lui. Il y a un minimum quand même. S’il n’est pas bon, ça peut arriver. De là à dire que c’est fini…"

Le sélectionneur ne souhaite cependant pas que ce doublé serve une réflexion négative sur les concurrents d'Olivier Giroud: "C’est comme si ce soir, avec ce qu’a fait Olivier, Anthony Martial avait perdu des points… Non, personne n’a perdu des points. Les deux en ont gagné. Ce sont deux joueurs différents. Olivier sait qu’il faut le remettre à chaque fois, dans la tête et le corps. Il a une situation dans son club qui ne lui convient pas, qui ne lui permet pas d’arriver dans les meilleures conditions".

JA