RMC Sport

France-Turquie: le sélectionneur turc appelle les supporters au calme

Interrogé ce dimanche sur d'éventuelles tensions pouvant émailler France-Turquie lundi soir (20h45), en raison de la présence en nombre de supporters turcs, mais surtout du contexte géopolitique, le sélectionneur Senol Günes a appelé les fans au calme.

Il y aura le match sur le terrain, c'est certain, mais il risque aussi y avoir un match en tribunes. Et celui-ci est encore plus redouté. Alors que la France recevra lundi soir la Turquie (20h45) dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2020, la présence en nombre de supporters turcs au Stade de France et l’offensive menée par les troupes du président Erdogan contre les Kurdes en Syrie - dénoncée par le président Macron - font craindre d'éventuels débordements dans l'arène dionysienne.

Interrogé ce dimanche sur ce contexte tendu, le sélectionneur turc Senol Günes a toutefois appelé les fans au calme, espérant "un esprit de fraternité" durant la rencontre.

"Le foot, c'est la fraternité"

"J'attends une bonne ambiance. Parfois, il y a des provocations dans les tribunes mais je veux m'adresser aux supporters turcs: s'ils viennent voir un match, c'est pour le plaisir de voir du foot, a lancé le technicien en conférence de presse. Je veux qu'ils applaudissent les deux équipes, et donc aussi l'équipe de France. Le foot, c'est la fraternité, le beau jeu, c'est un sport où tout le monde est rassemblé. J'espère que les supporters seront dans un esprit de fraternité. Nous jouons contre les champions du monde, nous pouvons gagner, perdre, et un match nul serait un bon match pour nous. Mais quel que soit le résultat, j'espère que les deux équipes vont se féliciter, non seulement sur le terrain mais en tribune, en cela nous allons contribuer à la paix mondiale."

S'il n'a pas voulu se prononcer longuement sur l'actualité chargée de son pays, Senol Günes a ensuite indiqué soutenir l'armée turque dans son conflit actuel. "Je ne veux pas faire de déclaration politique, mais nos enfants pourraient être ces soldats, a-t-il poursuivi. Je veux qu'il n'y ait aucun mort. Je ne veux pas que ces discussions prennent le pas sur le match. Nous encourageons nos soldats, mais je suis contre toute sorte de violence, c'est une exigence de l'humanité."

CC avec AFP