RMC Sport

JO: gros imbroglio sur la liste des Bleus, des joueurs appelés mais bloqués en club, dont Camavinga

Monaco, Rennes et Nice n'ont absolument pas l'intention de libérer Benoît Badiashile, Eduardo Camavinga et Amine Gouiri, qui font partie des joueurs convoqués par Sylvain Ripoll pour disputer les Jeux olympiques de Tokyo avec l'équipe de France. Même problème pour Malang Sarr et Maxence Caqueret.

Nouveau casse-tête en vue pour Sylvain Ripoll. Alors qu'il a dévoilé ce vendredi une liste de 18 joueurs et un réserviste pour le tournoi des JO de Tokyo, le sélectionneur de l'équipe de France fait face à plusieurs refus. L'OGC Nice, l'AS Monaco et le Stade Rennais ont ainsi fait savoir qu'ils ne comptaient pas libérer Amine Gouiri, Benoît Badiashile et Eduardo Camavinga.

"Il est appelé mais il n'ira pas à Tokyo, a déclaré Julien Fournier, le directeur du football des Aiglons, dans un communiqué. On avait indiqué qu'aucun joueur de Nice irait aux Jeux olympiques. Je suis désagréablement surpris. Notre président (Jean-Pierre Rivère) parle avec Noël Le Graët et il lui avait clairement indiqué notre position. Comme les textes de la FIFA n'obligent pas les clubs, on est dans notre bon droit. On applique toujours les règlements, et la FFF va s'y conformer."

Des positions fermes

Même discours du côté du président rennais Nicolas Holveck au sujet de Camavinga. "J'avais déjà été en contact avec le président de la FFF et le sélectionneur des Espoirs pour expliquer notre position, a-t-il réagi auprès de L'Equipe. Nous avons à disputer les barrages de la Ligue Europa Conférence les 19 et 26 août, c'est essentiel pour nous d'aller en phase de groupes et aussi pour défendre la cinquième place de la France à l'indice UEFA. Ça nous impose d'avoir tous nos meilleurs joueurs. Donc nous n'y sommes pas favorables, on a besoin de tous nos atouts. Pour nous, c'est impossible."

Contacté par l'AFP, Monaco a de son côté expliqué que sa position était celle exprimée par son vice-président Oleg Petrov, juste avant l'annonce de la liste de Ripoll, à savoir ne libérer aucun joueur. "On comprend l’importance des Jeux olympiques mais nous devons regarder les intérêts stratégiques du club. Nous avons quatre matches décisifs pour la qualification en Ligue des champions. Pour le moment, c’est notre position."

Selon L'Equipe, Malang Sarr est également retenu par Chelsea. L'OL a de son côté annoncé, selon le relais du quotidien régional Le Progrès, ne pas vouloir libérer Maxence Caqueret mais accepter de laisser Bruno Guimaraes partir à Tokyo avec le Brésil.

Repoussés d'une année en raison de l'épidémie de coronavirus, les Jeux olympiques ne coïncident pas avec les plages prévues pour la FIFA pour les sélections nationales. Les clubs ne sont donc pas obligés de libérer leurs joueurs. Chaque sélectionneur doit s'appuyer pour les Jeux sur des éléments nés après le 1er janvier 1997 à l’exception de trois joueurs maximum hors classe d’âge. Dans cette catégorie, Ripoll a fait appel à Téji Savanier, Florian Thauvin et André-Pierre Gignac.

Les Bleus ont jusqu'au 30 juin, au plus tard, pour envoyer une liste définitive.

RR