RMC Sport

Larqué : "Impossible d’avoir une ambiance sereine chez les Bleus avec Valbuena et Benzema"

-

- - RMC Sport

Alors que Karim Benzema doit s’expliquer ce mercredi dans le journal de 20 heures de TF1 sur son implication dans l’affaire Valbuena, notre consultant foot Jean-Michel Larqué estime qu’associer les deux joueurs chez les Bleus est dorénavant impossible. Et qu’il faut donc « tourner la page ».

Valls et l’exemplarité de Benzema

« Je ne suis pas un spécialiste de la vie politique et sociale mais je me rends compte quand même que des Français souffrent, sont au chômage, ne sont plus en sécurité, sont extrêmement méfiants. Je pense qu’il aurait pu éluder cette question (Manuel Valls a déclaré sur Europe 1 : « Un grand sportif doit être exemplaire. S'il ne l'est pas, il n'a pas sa place en équipe de France »). Il y a des sujets dont le Premier ministre peut s’exonérer par les temps qui courent. »

Le silence de Le Graët

« Il serait normal si, auparavant, la Fédération française de football ne s’était pas prononcée en faveur de Benzema et sans dire un mot sur Valbuena. Je pense qu’il y a eu une erreur conséquente et grossière dans sa première communication. Je pense que c’est une erreur que ne veulent plus faire les dirigeants. Et vous savez que, quand on prend un très mauvais départ, c’est très, très difficile de rattraper le retard. »

Valbuena-Benzema, une cohabitation impossible ?

« Il y a bien eu des équipes qui ont gagné avec des ambiances délétères. Il parait qu’au Bayern Munich, avant, c’était extrêmement tendu, ce qui n’empêchait pas le club d’être champion d’Europe. Mais c’est l'exception qui confirme la règle. Il est, à mes yeux, impossible d’avoir une ambiance sereine et donc un comportement et des résultats normaux avec deux joueurs dont on sait maintenant qu’ils ne se supportent plus. Au-delà des hommes, il y a aussi les amitiés et probablement, en équipe de France, des gens qui ont plus d’atomes crochus avec Valbuena et d’autres avec Benzema. Je pense qu’il est bon de tourner la page et de passer à autre chose. »

Jean-Michel Larqué