RMC Sport

Le Conseil fédéral cible les meneurs

L'équipe de France de football

L'équipe de France de football - -

Le Conseil fédéral n’a pas suivi l’avis de la Commission d’information et a décidé de déférer Franck Ribéry, Patrice Evra, Eric Abidal, Jérémy Toulalan et Nicolas Anelka devant la commission de discipline de la FFF.

En passant de commission d’enquête à commission d’information, l’instance chargée d’élucider ce qui a amené l’équipe de France à faire grève le 20 juin à Knysna avait perdu un peu de son autorité. Ce vendredi, on en a eu la démonstration devant le Conseil Fédéral au moment de la remise du rapport que ce dernier ne voulait pas enterrer aussi vite l’un des pires épisodes du football français. Les suppliques de Laurent Blanc pour avoir à sa disposition ses meilleurs joueurs au moment du début des matches qualificatifs à l’Euro 2012 (le 3 septembre contre la Biélorussie à Saint-Denis) ont été entendus à moitié par les caciques de la Fédération. Alors qu’on semblait s’orienter vers un renvoi collectif des 23 devant la commission de discipline de la Fédération, le Conseil Fédéral a montré de l’orgueil et un sens de la justice. Il a refusé la proposition de la commission d‘information de traduire les 23 pour ne retenir que 5 hommes. Les 18 autres sont « libres » mais pas tout à fait innocents après avoir été écartés pour Norvège-France, et après avoir laissé leurs primes de sponsoring (5 millions d’euros). Ils pourront évoluer avec l’équipe de France dès la Biélorussie.

Saules : « Ne pas mettre Blanc dans l’embarras »

Les cinq joueurs désignés sont : Patrice Evra le capitaine, Franck Ribéry, vice-capitaine, Nicolas Anelka pour ses mots à l’encontre de Raymond Domenech à la mi-temps de France-Mexique, Jérémy Toulalan dont l’avocat a écrit le communiqué le jour de la grève, et Eric Abidal pour avoir refusé d’être entendu par la commission. A part Anelka, les quatre autres joueurs sont apparus comme des leaders de la mutinerie de Knysna : « Cinq joueurs responsables ont été considérés comme plus importants que d'autres», a expliqué Lilian Thuram à la sortie du Conseil fédéral. Leur cas sera examiné le 17 août. « Il faut punir de la manière la plus forte qui soit ceux qui sont plus responsables que les autres mais sans mettre Laurent Blanc dans l’embarras, explique Bernard Saules, représentant des arbitres au Conseil Fédéral. Ce n’est pas parce qu’il manquerait deux joueurs que nous ne pourrions pas battre le Luxembourg. »

La bande des cinq risque des amendes, des travaux d’intérêt général voire des privations d’équipe de France. Une sanction qui serait logique, permettrait de solder Knysna et autoriserait la reconstruction pour Blanc.

dossier :

Franck Ribéry

M.M. avec Corentin Meynier