RMC Sport

Mondial U17: retour sur le parcours rêvé des Bleus avant la demie face au Brésil

L'équipe de France U17 réalise un parcours rêvé dans ce Mondial, avant sa demi-finale contre le Brésil, pays-hôte, en demi-finale (à minuit dans la nuit de jeudi à vendredi). Avec un carton contre l'Espagne (6-1) qui pourraient leur donner des ailes... voire les mener vers un premier sacre depuis 18 ans.

Tombée dans une poule très abordable, l'équipe de France U17 enchaîne les très bonnes performances depuis le début du Mondial organisé au Brésil. Au point de s'offrir ce jeudi (à minuit) une demi-finale de rêve face au pays-hôte. Et de commencer à songer offrir à leur sélection un premier titre depuis 18 ans, date du seul sacre des U17 français, génération Le Tallec et Sinama-Pongolle.

Les protégés de Jean-Claude Giuntini ont commencé leurs travaux par une victoire qui s’est dessinée à l’heure de jeu face au Chili (2-0). L’Intériste Lucien Agoumé (63e sp) et le Marseillais Isaac Lihadji (64e) ont débloqué l’affaire pour lancer les Bleus dans leur compétition.

Sans-faute en phase de poules

Au Stade de Serrinha, face à la Corée du Sud (3-1), Adil Aouchiche (PSG) et ses coéquipiers ont rapidement trouvé le chemin des filets par l’intermédiaire du joueur du PSG Arnaud Kalimuendo (17e), avant que son compère en club Timothée Pembele ne corse l’addition avant la mi-temps (42e). Isaac Lihadji viendra enterrer tout espoir de retour pour les sud-coréens (78e), malgré une réduction du score de Sang-Bin Jeong en fin de match (89e).

Deux matchs et six points plus tard, les Bleus respirent. Les jeunes français poursuivent leur bonhomme de chemin contre Haïti (0-2). Cette fois, c’est le Rennais Georgionio Rutter qui porte la France vers les huitièmes en y allant de son doublé (78e et 79e sp). Une victoire qui met du temps à se concrétiser mais les jeunes Bleus peuvent compter sur leur talent individuel pour faire des grosses différences dans le jeu. Et s'offrir un sans-faute en phase de poules.

Un huitième en forme de correction

En huitième, Giuntini continue de faire confiance à son 4-2-3-1 qui fait ses preuves depuis le début de la compétition. Bien lui en a pris: ses joueurs corrigent l’Australie (4-0) grâce à un triplé de Nathanaël Mbuku (Reims), intenable sur son aile gauche. Enzo Millot (AS Monaco), rentré en jeu à la place d’Agoumé, pose la cerise sur le gâteau (87e).

L’Espagne humiliée en quart

En quart, les Bleus rencontraient leur premier vrai challenge dans ce Mondial: l’Espagne. Ce fut finalement une formalité pour ces Bleus, qui ont fait exploser les Ibériques (6-1) avec un festival offensif à la clé et malgré l'ouverture du score espagnole à la 9e minute.

Tanguy Kouassi (21e), Mbuku (36e), Lihadji (46e), Pembele (54e), Rutter (59e) et Aouchiche (90e+3) vont faire vivre un cauchemar aux Espagnols. Aouchiche rayonne dans l’entrejeu, Rutter et Mbuku sont chirurgicaux: tous les voyants sont au vert avant d’affronter les hôtes brésiliens ce jeudi. Pour confirmer tout le bien affiché par cette génération prometteuse.

BB