RMC Sport

Ribéry encore à court d’étincelles

Franck Ribéry

Franck Ribéry - -

Attendu au tournant après sa prestation sans relief face aux Etats-Unis et l’ultimatum lancé par Laurent Blanc, Franck Ribéry s’est donné du mal face à la Belgique. Mais s’est éteint en seconde période. Pas encore de quoi pavoiser.

Finies les blagues potaches et les plaisanteries à deux balles. A la veille du dernier match de l’année de l’équipe de France face à la Belgique, Laurent Blanc avait sonné la fin de la récré. Au fond de la classe, deux têtes (Franck Ribéry et Florent Malouda) étaient concernées par l’ultimatum lancé par cet ex-Président devenu prof principal des Bleus. Deux anciens excellents élèves rentrés dans le rang depuis une pathétique colonie de vacances sud-africaine d’été 2010. Sur la feuille de match, seul Franck Ribéry, titularisé sur le flanc gauche du milieu de terrain, a eu les moyens de s’exprimer.

Et de défendre son pré carré. Malheureusement, le Boulonnais a joué les intermittents du spectacle. Une fois encore, il a dû se contenter d’un simple second rôle alors qu’outre-Rhin, il occupe le haut de l’affiche chaque semaine. Crédité d’une prestation moyenne et sans relief contre les Etats-Unis, Ribéry aura cette fois-ci au moins eu le mérite de montrer autre chose contre la Belgique. Si la réussite n’est toujours pas à l’ordre du jour, l’ancien joueur de l’OM est monté en puissance tout au long de la première mi-temps. Intéressant, mais pas encore suffisant.

On n’arrête pas le progrès

D’abord cantonné à des tâches défensives, « Ti Franck » s’est ensuite replacé dans le sens de la marche, s’efforçant de provoquer et de multiplier les accélérations plein axe (20e) ou les tentatives de perforations (21e, 30e). En vain. Idem pour cette frappe lointaine (28e). Mais de toute évidence, c’est à la 32e minute que Ribéry aurait pu redorer son blason et effacer une partie de son ardoise. Tranchant et plein d’envie –comme à la belle époque-, Ribéry s’offre un magnifique contrôle orienté ponctué d’une frappe enroulée, bien captée par le gardien de but belge, Courtois. Pour le reste, et malgré plusieurs tentatives de relation technique avec Benzema, Ribéry disparut doucement mais sûrement de la circulation. Remplacé à la 71e minute contre la 64e minute face aux Etats-Unis, le Munichois aura donc joué sept minutes de plus lors de ce second match amical de novembre. On n’arrête pas le progrès…

dossier :

Franck Ribéry