RMC Sport

Riolo: "Allemagne-France, le match qu’on attendait !"

Retour sur le match nul des Bleus en Allemagne, ce mardi en amical (2-2)...

C’est finalement pas très compliqué de comprendre les choix de Deschamps. Il a une équipe, une idée pour affronter les "petits" et une autre pour les "gros". Notre sélectionneur est totalement imprégné de France 98. Il baigne dedans jusqu’au cou. Jacquet avait eu une équipe jusqu’en 8e contre le Paraguay, puis il était passé à un système avec trois 6 dès le quart contre l’Italie. 

Et là, pour jouer l’Allemagne et sans surprise, Deschamps aligne un milieu avec trois joueurs. Rien d’étonnant finalement. Je n’ai jamais cru qu’il mettrait un 4-2-3-1 ou un 4-4-2, bref un joueur genre "10" derrière le 9. 

Fekir ira peut-être à la Coupe du monde mais en remplaçant. En fonction du déroulé d’un match, Deschamps s’adaptera. C’est simple à comprendre la "Deschamps Touch" ! C’est France 98 en copié/collé.

Et comme attendu, la France commence son match en laissant l’initiative à son "gros" adversaire. Mais au-delà des premières minutes, les Bleus font mieux que résister. Si les Allemands possèdent le ballon, les Français opposent de la vitesse en profitant des espaces. Contrairement à ce qu’on pouvait attendre, le match est équilibré. Le milieu des Bleus est peut-être moins technique mais il ne lâche aucun duel. 

Avant la pause, un mouvement de grande classe permet aux Bleus de marquer. Matuidi joue le créateur, Digne réussit un centre (tout est mieux que Kurzawa à gauche, on le sait), Martial brille et offre la finition à Lacazette. Depuis quand on n’avait pas vu un tel mouvement ? Faire ça devant l’Allemagne, ça a de la gueule. Même Deschamps a l’air surpris. 

Les Bleus ont eu beau concéder des occasions, rien d’anormal face à un tel adversaire, ils n’ont pas subi les événements. Ils n’ont pas été passifs, loin de là. Sans tomber dans un enthousiasme débordant, ça ressemble à une mi-temps référence. Une période au cours de laquelle tous les Bleus ont été bons. 

Les Bleus ne font aucun complexe. Et l’égalisation, qui vient vite en seconde période, ne change rien. Elle est logique et rétablit l’équilibre du match. Sur l’action du but, Özil met un super ballon. On n'est pas du tout face au Özil d’Arsenal. 

Le souci, c’est qu’au fil du temps, les Bleus reculent. Le bloc est trop bas. Ça passe trop facilement à droite, du côté de Jallet. C’est souvent venu de là aussi en première période.

C’est l’heure des changements. Ça casse le rythme et l’intérêt. On note juste que les Allemands dominent maintenant assez largement. Kroos rayonne et met un super coup franc sur la barre. Les Bleus se contentent d’attendre le contre, mais ça marche. La défense allemande est très laxiste et laisse Lacazette mettre un doublé. Après la mi-temps référence, on tient certainement le match référence des Bleus de Deschamps. 

Belle occupation du terrain, bonne utilisation du ballon, vitesse devant, charnière solide, cette équipe de France est très intéressante. On aurait certes aimé que les Bleus tiennent le 2-1, mais franchement, le nul arraché par les Allemands à la dernière minute ne modifie pas la bonne impression générale. Ce match en Allemagne était un test ? Il est passé et la mention est: bien.

>> Suivez l'After en direct sur BFM Sport ici

Daniel Riolo