RMC Sport

Euro 2016 - Cazeneuve : "Pas de risque zéro"

Dans un entretien accordé à L’Equipe, Bernard Cazeneuve a fait le point sur la sécurité à seize jours du début de l’Euro 2016. Le ministre de l’Intérieur se veut rassurant mais concède que le risque zéro n’existe pas et a défendu la décision du maintien des fan-zones.

A seize jours du début de l’Euro 2016 (10 juin – 10 juillet), Bernard Cazeneuve a fait le point sur les mesures qui seront mises en place pour assurer la sécurité lors de cet évènement. Alors que l’état d’urgence a été maintenu jusqu’à la fin du Tour de France (2-24 juillet), le ministre de l’Intérieur s’est voulu rassurant dans un entretien accordé au journal L’Equipe. Même s’il concède que le risque zéro n’existe pas face à la menace terroriste.

A lire aussi >> Tour de France : le GIGN pour assurer la sécurité 

« Notre objectif est que l'Euro soit une grande manifestation festive, mais nous devons la vérité aux Français. 0% de précautions, c'est 100% de risques, mais 100% de précautions, ce n'est pas le risque zéro.... Nous faisons tout pour éviter une attaque terroriste, et nous nous préparons à y répondre. Plus de 60.000 policiers et gendarmes seront sur le terrain. (…) Nous n'avons pas, à l'heure qu'il est, de menace spécifique sur telle ou telle équipe, tel ou tel joueur, tel ou tel match ou telle ou telle fans-zone ».

« S'il n'y avait pas de fans-zones, le risque serait décuplé »

Grand sujet de débat, le maintien de ces fan-zones, qui accueilleront sept millions de personnes dans les dix villes hôtes, a été défendu par Bernard Cazeneuve : « A tout moment nous pouvons les remettre en cause si une menace précise est détectée. Ce n’est aujourd’hui pas le cas : elles sont donc maintenues. (…) Les fans-zones sont des espaces sécurisés. J'ai pris la décision d'imposer des palpations de sécurité à l'entrée, d'avoir recours à la détection métallique et d'interdire les bagages à l'intérieur. S'il n'y avait pas de fan-zones, les supporters se regrouperaient dans une totale improvisation et le risque serait décuplé. »

A lire aussi >> Euro 2016 - Sécurité : Bernard Cazeneuve veut corriger le tir

Le ministre de l’Intérieur est également revenu sur les défaillances des contrôles de sécurité lors de la finale de la Coupe de France entre l’OM et le PSG (2-4). Et là encore, il s’est montré rassurant : « Ce n'était pas le même public, pas le même organisateur, ni le même dispositif de sécurité. En revanche, ce qui s'est passé doit être pris en compte et appelle une vigilance accrue (...). L'Etat est engagé pour la sécurité à l'extérieur des fan-zones et des stades. Pour les fan-zones, les villes sont en charge du filtrage avec l'aide d'agents de sécurité privée. Enfin, à l'intérieur des stades, c'est l'UEFA qui opère. »

dossier :

Euro 2016