RMC Sport

Euro 2016 : discipline, sang-froid, mental… pourquoi Griezmann est si fort selon son conseiller

-

- - -

Conseiller de longue date d’Antoine Griezmann, qu’il a découvert, placé à la Real Sociedad et qu’il couve encore aujourd’hui, Eric Olhats était l’invité de RMC ce jeudi. L’occasion pour lui de revenir sur l’Euro réussi du joueur de l’Atlético Madrid et sur sa montée en puissance, bluffante même pour lui.

Un sang-froid et une maturité énormes…

« Je sais ce qu’il est capable de le faire. Je le connais. Je ne suis qu’à moitié surpris. Ce qui me surprend le plus, c’est qu’il soit capable d’être présent dans les rendez-vous où il ne faut pas se louper. Il y en a eu quelques-uns cette année entre l’Atlético et le FC Barcelone ou contre le Bayern Munich en Ligue des champions… ou encore celui de jeudi soir. Oui, cette capacité à être déterminant au bon moment, ça me surprend. »

A lire aussi : pourquoi l'Atlético pourrait finalement perdre Simeone

… tout comme son volume de jeu

« C’est un des aspects qui me surprend aussi. Il y a une somme d’efforts assez considérables de sa part. Surtout quand on voit comment évolue l’Atlético Madrid. Il ne faut pas laisser sa part au chien. Je lui avais demandé après la Roumanie s’il n’avait pas eu un petit coup de mou. Il m’a répondu sincèrement que non. Aujourd’hui, on voit qu’il avait raison. C’est monstrueux. Il a un volume de jeu énorme. Le tout ajouté à son talent, ça donne quelque chose de sympa derrière. » 

Son repositionnement tactique réussi

« Antoine est quelqu’un de discipliné. C’est quelqu’un qui est à l’écoute. Au fil des jours, ce réajustement tactique a été très bénéfique. C’est la preuve de l’intelligence du coach aussi. Aujourd’hui, il est dans une position où il se sent bien, après avoir discuté avec le coach. Mais je pense que le sélectionneur l’avait vu avant qu’il ne lui en parle. »

A lire aussi : ce qu'il s'est passé dans le vestiaire et dans l'hôtel des Bleus après l'Allemagne

Son changement de statut en France

« Il s’en rend compte. Ce serait difficile de ne pas le voir. Je ne veux pas jouer les rabat-joie mais il faut faire gaffe. Je me souviens qu’un certain journal titrait il y a deux semaines « énorme inquiétude » (« l’inquiétude Griezmann », l’Equipe, sic) où on le voyait à moitié mort. Il faut faire gaffe. Ça va dans les deux sens. Il en a conscience mais ce n’est pas quelque chose qui va lui retourner la tête. C’est un garçon qui est frais, spontané, sympa. Il ne se sent pas investi d’une mission non plus mais il est content. »

Son courage d’aller tirer le penalty face à Neuer

« Je lui avais conseillé de ne pas hésiter à repartir après le penalty qu’il avait manqué en finale de la Ligue des champions. Mais, pour ne rien cacher, j’étais un peu surpris. Comme on dit en Espagne, il faut montrer qu’on a des « cojones » (couilles ndlr). S’il s’était loupé… c’est Antoine, il a confiance en lui, en ses qualités. »

Ses futures vacances

« Ah ça… écoutez… Simeone, lui, voudrait qu’il rentre de suite (rires). Non, il va avoir deux semaines. On va essayer de gratter un peu. Ce n’est pas seulement physique. Il a aussi besoin de s’aérer la tête. »

dossier :

Euro 2016