RMC Sport

Euro 2016, Hazard, Batshuayi… : le point de Wilmots sur la Belgique

-

- - AFP

Invité de Luis Attaque ce jeudi sur RMC, Marc Wilmots a fait le point sur l’état d’esprit des joueurs de la sélection belge. Des Diables Rouges en tête du classement Fifa et qui font partie des favoris de l’Euro 2016. En toute décontraction.

La préparation de l’Euro 2016

« On est rentré dans une période de préparation avec un programme avant l’Euro. On commence par un stage de trois jours à la mer, on part une semaine à Lausanne et on finit avec une semaine en Belgique avec deux matches à la maison. Et le 7 juin, on arrive sur Bordeaux. »

Le statut de favori

« Je pense qu’il y a cinq ou six équipes qui peuvent aller au bout. Je ne vais étonner personne en citant l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, la France… Et la Belgique est rentrée dans ce petit groupe. Maintenant, ça se joue à pas grand-chose : prolongation, penalties, poteaux, arbitrage… Ça peut aller très vite. L’objectif est simple, c’est d’aller le plus loin possible, comme on l’a fait au Brésil (quart de finale perdu contre l’Argentine, ndlr). »

L’équipe a-t-elle passé un cap ?

« On attrape la maturité maintenant. Mais vous n’entendrez jamais dire de ma part qu’on va gagner l’Euro. C’est vrai que l’équipe a pris deux ans. Si elle est à la première place mondiale du classement Fifa, c’est qu’elle a des résultats depuis trois ans. Et qu’elle continue avec une série de victoires impressionnante. J’aime bien être craint, mais il ne faut pas non plus devenir arrogant. Il faut rester sérieux, les deux pieds sur terre, et voir les choses avec objectivité. Il faudra aller jusqu’au bout. »

L’état d’esprit

« Ce qui m’importe, c’est l’esprit d’équipe et de se battre pour la Belgique. Si on ne fait pas ça, ce n’est même pas la peine d’aller à l’Euro. Les joueurs ont vite compris de quelle manière on fonctionne. La manière a montré qu’elle avait des résultats. Et moi je m’amuse beaucoup comme ça parce qu’on a un respect humain. »

L’expérience du Mondial

« Ce qu’on a appris, c’est gérer le stress avec une première compétition. Les joueurs ont évolué, comme De Bruyne à Manchester City. Ils ont pris de l’assurance dans leurs clubs, dans un championnat difficile (Premier League, ndlr). C’est ce bagage qu’ils vont ramener en équipe nationale. Et c’est un détail qui sera très important. »

La blessure de Kevin De Bruyne

« Sa reprise est prévue pour le 15 avril. C’est très bien, ce sera deux mois avant l’Euro. Je ne vois aucun problème de ce côté, à moins qu’il y ait une rechute. Il a un gros travail à faire en rééducation. »

Kevin De Bruyne
Kevin De Bruyne © AFP

La difficile saison d’Eden Hazard

« Il vit une année difficile à Chelsea mais dans les matches avec moi, c’était meilleur qu’avant. Ça veut dire qu’il sort très bien en équipe nationale. Et pour moi, les deux ne sont pas liés. Un joueur est toujours dépendant du collectif et si le collectif est bon, les individualités sortent. Ce qui m’intéresse, c’est que tous les joueurs soient en pleine possession de leurs moyens physiques. C’est un autre contexte et quand la qualité est là, elle est là. »

Batshuayi sélectionnable ?

« Je l’observe depuis longtemps ! Contre l’Italie, il est rentré et il a marqué. C’est un vrai buteur. Il y a peut-être cinq candidats pour deux ou trois places. Et ça dépendra des matches. Il fait aussi une année difficile avec Marseille, mais il essaie de soigner ses stats. »

L’affaire Benzema-Valbuena

« Je ne connais pas le fond du dossier, je pense qu’il vaut mieux se taire. Etre sélectionneur, c’est difficile. Mais il faut laisser la justice faire son travail. Tu ne te mêles pas de ça et tu verras bien les décisions qui seront prises. Mais un sélectionneur n’a aucune influence sur un dossier pareil. »

dossier :

Euro 2016