RMC Sport

Euro 2016 : l’Ukraine en quête d’aventures

La joie des Ukrainiens qualifiés pour l'Euro après leur barrage victorieux

La joie des Ukrainiens qualifiés pour l'Euro après leur barrage victorieux - AFP

Après cinq échecs consécutifs, l’Ukraine a enfin passé l’obstacle des barrages pour s’offrir son ticket pour l’Euro. Alors qu’ils n’ont participé à cette compétition qu’à une reprise depuis l’indépendance du pays, Andriy Yarmolenko et ses partenaires tenteront de ne pas s’arrêter en si bon chemin en France.

La malédiction a pris fin. Enfin. Après cinq échecs consécutifs en barrages de grandes compétitions (Euro et Coupe du monde), l’Ukraine a vaincu le signe indien en écartant la Slovénie – qui l’avait privée de l’édition 2000 dans les mêmes circonstances, jolie revanche du destin – pour obtenir sa place sur les pelouses françaises. La deuxième qualification du pays pour une phase finale, après celle pour le Mondial 2006, depuis son indépendance au début des années 90.

Organisatrice, l’Ukraine avait aussi participé à l’Euro 2012. Pour un résultat sans appel avec une seule victoire en trois matches et la troisième place du groupe derrière l’Angleterre et la France, ce qui en fait un des cinq pays dans l’histoire à ne pas avoir passé le premier tour d’un Euro organisé à domicile.

Parcours compliqué en qualifications

Quatre ans plus tard, l’ancien pourvoyeur de bons joueurs pour l’Union Soviétique en veut plus. Histoire de découvrir enfin les matches à élimination directe dans la compétition continentale. Aura-t-il les moyens d’atteindre les huitièmes ? Sur le talent de ses joueurs, à l’image de ce diable d’Andriy Yarmolenko, la mission ne paraît pas impossible. Mais l’Ukraine devra pour cela montrer une plus grande force collective que ces derniers mois.

Lors des qualifications, la sélection menée par Mykhailo Fomenko n’a pris que la troisième place de son groupe, derrière l’Espagne et la Slovaquie, avec 6 victoires, 1 nul et 3 défaites en 10 matches. Ce qui l’a obligée à passer par cette case barrages qu’elle redoutait tant. Autant ne pas se raconter d’histoires, un tel niveau de performances à l’Euro sera certainement synonyme d’élimination au premier tour. Mais comme l’avenir ne s’écrit jamais au passé, l’Ukraine garde le droit de rêver. D’autant que son ranking UEFA (14e) lui offre une place dans le chapeau 2 et une chance d’un premier tour abordable si le tirage veut bien lui sourire.

>> Euro 2016 : l'Ukraine y sera aussi

>> Euro 2016 : le onze-type des qualifs

>> Les fiches des 24 équipes de l'EURO 2016