RMC Sport

Euro 2016 : le duo Griezmann-Giroud, Pogba, des errements défensifs... les tops et les flops de France-Islande

-

- - -

L’équipe de France n’a pas tremblé pour se qualifier en demi-finale de l’Euro 2016 en s’imposant largement contre l’Islande (5-2) ce dimanche au Stade de France. Un festival offensif mais quelques errements défensifs : place aux tops et aux flops de la rencontre avant France-Allemagne jeudi à Marseille.

Le top : le duo Griezmann-Giroud

On aurait pu citer beaucoup de tops pour cette rencontre. En vrac : le dispositif tactique inspiré de Deschamps en 4-2-3-1, un tandem Matuidi-Pogba efficace au milieu, un Payet encore buteur ou l’apport de Sissoko à droite. Mais le top du top dans ce quart de finale contre l’Islande reste le duo Griezmann-Giroud en attaque. Les deux joueurs sont tout simplement impliqués sur les cinq buts des Bleus ! Giroud double buteur (13e, 58e), Griezmann double passeur décisif (20e, 43e) puis buteur à son tour d’une balle piquée (45e). Et le Gunner est aussi impliqué sur les troisièmes et quatrièmes réalisations tricolores avec une superbe feinte de corps sur le 4eme. Bref, ces deux-là sont très complémentaires, et savent également combiner avec leurs partenaires (Payet, Sissoko, Pogba…) pour amener énormément de solutions différentes, dans le jeu aérien comme dans le jeu court. Un match parfait du duo, jusqu’à la sortie de Giroud à l’heure de jeu remplacé par Gignac pour le protéger d’un éventuel carton jaune synonyme de suspension pour l’Allemagne.

En bonus : un top également pour la sélection islandais et son excellent parcours historique jusqu’en quart de finale d’une compétition internationale.

A lire aussi >> Les notes des Bleus pour France-Islande

A lire aussi >> Revivez France-Islande et la qualification des Bleus

Le flop : Les errements défensifs des Bleus

Malgré la rencontre maîtrisée des Bleus, les deux buts encaissés sont dommageables alors que l’Islande ne présentait pas une attaque des plus redoutables. Les Islandais ne se sont montrés dangereux que lorsque le ballon n’était pas au sol. Deux longues touches déviées au premier poteau ont permis aux Islandais de s’approcher des buts de Lloris (25e, 62e). Puis le gardien des Bleus a dû s’employer de belle manière sur une tête d’Ingason (63e). Mais il n’a rien pu faire sur les reprises (du pied) de Sigthorsson (56e) sur un centre et de la tête de Bjarnason (84e) sur deux grosses erreurs de marquages d’Umititi puis d’Evra. A ne surtout pas reproduire contre une Allemagne largement plus armée devant.

Le fait de match : le but de Pogba

Ok, la France a rapidement ouvert le score contre l’Islande grâce à Giroud (13e). Mais les insulaires avaient déjà connu pareille mésaventure contre l’Angleterre en huitièmes et cela le les avaient pas empêché de se qualifier quand même (2-1). Cette fois, le coup de tête décisif de Pogba quelques minutes plus tard (20e) a permis aux Bleus de mettre un grand coup sur la tête des Islandais, tandis que le milieu des Bleus agrémentait sa belle prestation dans l’entrejeu de sa première réalisation dans le tournoi à un moment important. Surtout, Pogba a réalisé un match sobre, efficace, et a répondu aux critiques des premières rencontres où son impact avait été moindre

A lire aussi >> Riolo : "Les Bleus régalent enfin !"

L’ambiance :

Avant la rencontre, les fans islandais ont converti les 80 000 spectateurs du Stade de France au fameux clapping. Derrière, les supporters français ont répondu pendant la rencontre à leurs homologues en s’appropriant aussi ce rituel. Une fois le large écart acquis par les Bleus, l’ambiance est retombée d’un cran, tandis que les Islandais ont continué à profiter de l’excellent parcours de leur sélection pour faire la fête en tribunes.

L’info pour briller en ville : un festival des Bleus

En menant 4-0 à la mi-temps, l’équipe de France a établi un nouveau record. Les Bleus sont les premiers à avoir inscrit quatre buts au cours d’une première période dans l’histoire de l’Euro. La France est aussi devenue la première à inscrire deux fois cinq buts lors des championnats d’Europe des nations après son succès contre la Belgique en 1984.

Le tweet du match : la glissade de Griezmann parodiée

>> Découvrez le Quinté + des Bleus de Luis Fernandez

dossier :

Euro 2016

D.W