RMC Sport

Euro 2016 : les Portugais font la fête sur les Champs Elysées

Après la qualification du Portugal pour la finale de l’Euro 2016 ce mercredi soir, des supporters de la Selecçao ont fêté ça sur les Champs Elysées. Et certains espèrent affronter la France dimanche.

Drapeaux lusitaniens et concert de klaxons : une marée de supporters portugais a rallié les Champs Elysées mercredi pour célébrer la qualification de la Selecçao pour la finale de l'Euro 2016, à l'issue de sa victoire contre le pays de Galles (2-0). Il n'a fallu que quelques minutes après le coup de sifflet final pour que les klaxons résonnent sur la plus belle avenue du monde, au milieu de dizaines de camions de CRS disposés entre les deux sens de circulation et des touristes interloqués.

A lire aussi >> Euro 2016 : Cristiano Ronaldo envoie le Portugal en finale

Rapidement, les voitures, scooters et motos vrombissantes défilent sans discontinuer. "Portugaaaaaal ! En finaaaale !" exulte un jeune homme par la fenêtre d'une voiture de sport jaune qui remonte l'avenue, un drapeau accroché à la vitre arrière. "Why is that ?" interroge une touriste en promenade nocturne avec des amies, stupéfaite par ce déferlement. "Quel plaisir ! C'est la première fois que le Portugal est en finale hors du pays (après finale de l'euro 2004)" se réjouit Manuel Cardoso, maillot du Portugal sur les épaules et drapeau rouge et vert autour du cou.

Il est venu de Houilles (Yvelines) pour fêter la qualification sur les Champs Elysées : "Mes enfants sont à la fan zone, ils doivent me rejoindre". "Je pensais que ce serait plus dur, qu'on gagnerait pas dans les 90 minutes" du temps réglementaire, confie ce restaurateur installé en France depuis 27 ans. En finale ? "Pourquoi pas la France ? On n'a pas trop de chance contre eux mais ce serait du 50-50". Des piétons de tous âges affluent, certains en courant, bras levés en hurlant "Portugal ! Portugal !".

A lire aussi >> Euro 2016, Portugal-Galles : deux jeunes volontaires se tapent l'incruste avec Cristiano Ronaldo

"On disait que le jeu du Portugal était dégueulasse mais on est en finale"

Martinho, 57 ans, est venu avec sa femme depuis la rue François Ier voisine où il est gardien d'immeuble. Chapeau rouge sur la tête, les joues peintes aux couleurs lusitaniennes, drapeau au bras et un autre autour de la taille, il acclame avec sa femme et des amis les voitures qui klaxonnent à tout va. "C'est génial ! On disait que le jeu du Portugal était dégueulasse mais on est en finale !" Un match où cet homme arrivé en 1990 dans l'Hexagone, espère lui aussi retrouver la France : "C'est mon deuxième pays. Je dois tout à la France".

A lire aussi >> Euro 2016 : 12 ans plus tard, une nouvelle chance pour Ronaldo

dossier :

Euro 2016

la rédaction avec l'AFP