RMC Sport

Euro 2016 : Zlatan, la tournée d’adieux

Zlatan Ibrahimovic, phare et pilier de l'équipe de Suède

Zlatan Ibrahimovic, phare et pilier de l'équipe de Suède - AFP

Superstar du PSG depuis l’été 2012, Zlatan Ibrahimovic va s’offrir une séance de rab sur les pelouses françaises en juin à l’occasion de l’Euro. Une compétition qui devrait être le dernier grand rendez-vous du géant en sélection nationale et dans l’Hexagone. De quoi motiver la bête.

A force de faire trembler leurs filets, il doit aimer ces pelouses. Superstar de la Ligue 1 ces quatre dernières saisons, Zlatan Ibrahimovic a appris à connaître et dompter les terrains de France. Départ du PSG ou pas, il va prolonger l’aventure. Mais cette fois avec la Suède. Forcément une source de motivation supplémentaire pour le géant scandinave. Qualifiés après avoir écarté le voisin danois en barrage, une double confrontation durant laquelle « Z » a signé trois buts, les Suédois vont disputer leur cinquième Euro de suite. Le quatrième pour Ibra.

Son meilleur résultat ? Un quart de finale en 2004, trois ans après ses débuts en sélection en janvier 2001. A l’époque, pour sa première grande compétition en tant que titulaire, Zlatan se fait remarquer avec un but irréel, l’une de ses marques de fabrique, grâce à une aile de pigeon qui vient se loger dans la lucarne de Gianluigi Buffon. Mais la belle histoire va tourner au vinaigre. En quart, le garçon rate son tir au but et voit les Pays-Bas se qualifier. Immense frustration.

« Le destin a décidé que je devais finir en disputant une phase finale »

D’autant qu’il ne retrouvera jamais le goût d’un match à élimination directe dans un Euro. Alors, une revanche en 2016 ? L’intéressé adorerait. Pour ce qui devrait être sa tournée d’adieux dans l’Hexagone comme sous son maillot national, le meilleur buteur de l’histoire de la Suède veut frapper un grand coup. Laisser une trace indélébile dans l’histoire footballistique d’un pays toujours nostalgique de la troisième place au Mondial 1994. Une motivation aperçue avec ses 11 buts lors des éliminatoires (barrages compris).

« Nous avons répondu présent et nous voilà à l’Euro, a-t-il expliqué une fois la qualification en poche, exalté et nimbé de mystère. C’est le destin qui a décidé que je devais finir en disputant une phase finale. Est-ce que ce sera la dernière ? Je ne sais pas. Beaucoup de gens racontent que je suis vieux et que je n’avance plus. Ce n’est pas mon impression. » Zlatan a un Euro pour le prouver. Quatre ans après avoir dit bonjour à son nouveau pays d’accueil en marquant d’une fabuleuse volée contre les Bleus à l’Euro 2012, Ibra va dire au revoir à la France. Mais pas sans un dernier boum.

>> Euro 2016 : Zlatan envoie la Suède en France

>> Quand Zlatan place la France sur la carte du football mondial

>> Attentats de Paris - Ibrahimovic : "C'est une tragédie"