RMC Sport

Euro 2021: le sélectionneur croate dénonce la "pression psychologique" des tests Covid

Avant le match de l'Euro 2021 contre l'Ecosse ce mardi soir à Glasgow (21h), le sélectionneur de la Croatie Zlatko Dalic a évoqué la peur qu'ont ses hommes d'être testés positifs au coronavirus. Et dénoncé ainsi les conditions de préparation.

Avec un point pris en deux matchs, la Croatie n'est pas encore éliminée de l'Euro, mais au cas où, son sélectionneur Zlatko Dalic a déjà une liste d'excuses à disposition. Avant le troisième match de poule contre l'Ecosse ce mardi (21h), le technicien a insisté sur "la pression psychologique" imposée à ses joueurs, en période de Covid.

"Tous les trois jours, nous passons des tests, a-t-il rappelé. Il y a une pression psychologique et de l'incertitude. Nous avons peur que quelque chose se passe, qu'un joueur soit testé positif que nous finissions tous par nous isoler."

>>> L'Euro 2021 en direct

"Tous les joueurs ont peur"

Comme cela a pu arriver à l'Ecossais Billy Gilmour dans le camp d'en face. "J'espère que personne d'autre n'est positif, a poursuivi Dalic. Je ne veux pas que cela s'étende. Espérons qu'il ne s'agisse que d'un seul cas."

Et d'en remettre une couche sur l'inquiétude de son groupe: "Tous les joueurs ont peur. Ils (les autorités) nous ont dit que si l'un de nous était positif, nous devrions tous nous isoler. On nous dit que nous n'avons pas le droit de faire ça ou ça. Les conditions de préparation devraient être les mêmes pour tous, mais ce n'est pas le cas. (...) Toutefois nous devons faire en sorte de nous concentrer sur le match et d'oublier le reste. Jusqu'à présent nous avons tous été négatifs, nous prenons toutes les précautions nécessaires. Mais nous ne pouvons qu'attendre et espérer."

Pour le technicien, l'autre problème réside en l'absence de supporters croates à Glasgow. "Je n'arrête pas de le dire: nous sommes désavantagés, déplore-t-il. Nous sommes touchés que nos fans ne puissent être ici avec nous. Nous sommes beaucoup plus forts avec eux. Ce n'est pas juste."

C.C.