RMC Sport

Euro: l'UEFA refuse les illuminations arc-en-ciel pour Allemagne-Hongrie

Alors que la ville de Munich et la Fédération allemande avaient prévu d'illuminer l'Allianz Arena aux couleurs de l'arc-en-ciel mercredi face à la Hongrie à l'Euro 2021, et ce en soutien à la communauté LGBT, l'UEFA vient d'interdire cette initiative.

Il n'y aura pas d'arc-en-ciel dans la nuit bavaroise. Pas mercredi, du moins. Alors que la mairie de Munich, avec le soutien (timide) de la Fédération allemande de football, avait prévu d'illuminer l'Allianz Arena aux couleurs du drapeau LGBT pour le match de l'Euro 2021 entre l'Allemagne et la Hongrie, l'UEFA a décidé ce mardi d'empêcher cette initiative.

Dans un long communiqué, l'instance dirigeante du football européen assure qu'elle soutient la lutte contre toutes les discriminations, rappelle ses actions et sa volonté de "jouer un rôle pour un changement positif". Elle propose aussi d'illuminer le stade à une autre date, comme pour la Gay Pride locale le 28 juin. Mais pas face à la Hongrie. Pourquoi? Parce que mener cette action sur ce match précis aurait eu un caractère politique selon elle.

>>> L'Euro en direct

La mairie de Munich visait la politique de Viktor Orban

"Le racisme, l'homophobie, le sexisme et toutes les formes de discrimination sont une tache dans nos sociétés - et représentent l'un des plus grands problèmes auxquels le sport est confronté aujourd'hui, indique l'instance. (...) Cependant, l'UEFA, de par ses statuts, est une organisation politiquement et religieusement neutre. Compte tenu du contexte politique de cette demande spécifique – un message visant une décision prise par le parlement national hongrois – l'UEFA doit décliner cette demande."

Outre la volonté de soutien à la communauté LGBT, le maire de Munich visait en effet la politique discriminatoire du président hongrois Viktor Orban, et une récente mesure votée par le parlement hongrois pour interdire la "promotion" de l'homosexualité aux mineurs.

Lundi, le ministre hongrois des Affaires étrangères avait fustigé cette proposition. "C'est extrêmement nuisible et dangereux de mélanger sport et politique. (…) Nous avons adopté une loi pour protéger les enfants hongrois, et voilà que maintenant ils la combattent en Europe de l'ouest, avait déclaré Peter Szijjarto, cité par l'agence de presse MTI. L'expérience historique montre que c'est une mauvaise chose et plus que quiconque, les Allemands le savent bien", avait-il ajouté, dans une allusion au passé nazi de l'Allemagne. La classe, jusqu'au bout.

C.C.