RMC Sport

Riolo : ''L’Allemagne peut et fera mieux !''

Retour sur le premier week-end de l’Euro… et le succès un peu poussif des champions du monde en titre allemands.

Après avoir vu la France, le 2e grand moment de ce début d’Euro, c’était de voir le champion du monde. Un champion d’abord fringuant. Un but rapide, un contrôle du match, on s’est dit que sans forcer, il allait en passer 2 ou 3 à l’Ukraine. Le pressing initial est bon et la super parade de Neuer, première occasion du match, passe pour une anecdote. Le problème, c’est que dans la première période, l’Allemagne subit 3-4 situations très chaudes sur son but. L’Ukraine joue en contre, mais pose pas mal de soucis à son adversaire. Les Allemands peinent et on ne comprend pas bien l’animation offensive. Götze en 9, c’est très moyen, le positionnement de Müller laisse perplexe et Özil est quasi transparent. On attend évidemment bien plus d’une telle équipe dont la vraie force dans ce match, c’est de dégager beaucoup de calme et de sérénité.

Menés, les Ukrainiens jouent à l’envers. Ils ne font rien et ne tentent rien. L’Allemagne monopolise le ballon et attend que le 2e but arrive. On peut dire que cette possession est stérile, mais jamais en danger dans cette seconde période, pourquoi s’arracher dans un 1er match ? 2-0, même sans éclat, c’est bien suffisant pour un premier match.

Entre la France et l’Allemagne, on a vu 5 rencontres. Le Suisse-Albanie a confirmé que les Bleus étaient bien dans un groupe facile. Au sortir de la phase de poules, sauf cata improbable, la France sera en pleine confiance. Elle sera méga favorite, Payet sera annoncé pour 150 millions au Barça, au Real mais c’est Manchester qui l’emportera pour 180 millions. Excès classiques durant ce genre d’événement. On mesure toujours mal les conséquences d’une grande compétition, qui plus est, organisée à domicile. Un match des Bleus, c’est habituellement 5 à 6 millions de téléspectateurs. Un match de LDC, 1 à 2, un peu comme la L1. Le France-Roumanie, c’était 14,5 millions ! Des médias en fusion, des histoires à raconter, à gonfler, à inventer ! Eviter le délire est difficile.

Dans le groupe B, la meilleure équipe reste, a priori, l’Angleterre. J’ai aimé la performance fournie devant la Russie. Ça s’est terminé par un hold-up, mais si l’Angleterre évolue à ce niveau lors des deux prochains matches, ça serait fou de ne pas les voir premiers du groupe. Après si l’inefficacité observée à Marseille n’est pas « réparée », ça peut moins bien tourner.

Dans le groupe D, ça passera pour la Croatie. Il n’y a eu aucune surprise à voir cette équipe battre une faible Turquie. On s’est régalé à voir Modric tout gérer dans le match. Il est déjà très fort au Real, mais dans sa sélection, il fait penser à Pirlo. Il aimante le ballon, il est toujours là où il faut, il oriente, distribue le jeu. Et en plus, il nous a mis un super but ! Cette année, le PSG a affronté le Real. Des observateurs, dans des médias sérieux, ont avancé que Matuidi pouvait être comparé à Modric ! A crever de rire ! Pour eux, de honte !

Dans ce week-end, on a également vu la Pologne, souvent cité parmi les outsiders. Elle ne gagnera certainement pas l’Euro, mais, ce qu’elle montre est incontestablement intéressant. C’est animé sur les côtés (comme beaucoup d’équipes dans cet Euro) et ça se repose surtout sur le duo Milik/Lewandowski. Reste que les Polonais ont largement dominé la rencontre, ne voyant les Irlandais du Nord répliquer que sur la fin.

On a donc vu 6 matches depuis les Bleus. On ne s’est quasiment jamais ennuyé. Aucune équipe n’est là que pour défendre. Les styles sont souvent les mêmes (mis à part l’Irlande du Nord qui reste sur un foot basique), mais ça a le mérite de vouloir gagner et pas de ne pas perdre (remember Ligue 1).

On a vu 6 matches, que 6 matches, mais je suis tout de même certain qu’il faudra vraiment que la France soit deux niveaux au-dessus que ce qu’elle a montré face à la Roumanie pour aller au bout !

A lire aussi - La vista de Kroos, l’hygiène de Löw : ce qu’il faut retenir d’Allemagne-Ukraine

A lire aussi - La classe de Modric, le blues de Turan, le Parc en folie : ce qu’il faut retenir de Turquie-Croatie

A lire aussi - 

Daniel Riolo