RMC Sport

Ronaldo, la ruée vers l’or

-

- - -

En propulsant à lui seul le Portugal en demi-finale de l’Euro, Cristiano Ronaldo a marqué des points peut-être décisifs pour l’attribution du prochain Ballon d’Or. Explications.

Bon, Cristiano Ronaldo a inscrit moins de buts (3) qu’il n’a touché les poteaux (5) au cours de cet Euro. Voilà ce qu’on peut avancer si on veut vraiment chercher la petite bête. Pour le reste, le numéro 7 portugais est en passe d’être LA star de ce Championnat d’Europe des nations. Après deux prestations décevantes contre l’Allemagne (1-0) et le Danemark (3-2), il a montré face aux Pays-Bas (2-1), puis jeudi, en quart de finale, contre la République tchèque (1-0), qu’il savait répondre présent lors des grands rendez-vous. Le propre des très grands joueurs.

Et c’est bien lui, et lui seul (3 buts en deux matches), qui a propulsé son pays en demi-finale de l’Euro pour la 4e fois de son histoire (1984, 2000, 2004 et 2012).
Attention, certains chiffres peuvent donner le tournis. Avec 30 tirs depuis le début du tournoi, il est désormais le joueur qui a le plus tenté sa chance lors d’une phase finale d’un Euro. Ses six buts inscrits depuis sa première participation à l’Euro, en 2004, en font le 3e meilleur buteur de tous les temps derrière Platini (9 buts) et Alan Shearer (7). Et il n’a que 27 ans.

« Vous savez ce que Messi faisait l’an dernier ?»

Si Ronaldo, en mode diesel, est donc redevenu la « machine à marquer » que l’on a pu voir et admirer cette saison avec le Real Madrid, la course au Ballon d’Or y est sans doute pour quelque chose. Piqué au vif par les « Messi ! Messi ! » lancés des tribunes du stade de Lviv, face au Danemark, CR7 avait lâché, vexé : «Vous savez ce que Messi faisait l’an dernier à la même époque ? Il était à la Copa America et il se faisait éliminer en quart de finale. Ce n’est pas pire, ça ? »
La réaction d’orgueil du capitaine portugais ne s’est pas faite attendre. Et elle a commis des dégâts. Enormes. Exit les Pays-Bas, exit les Tchèques. Et ce n’est peut-être pas fini. « Notre but, c’est d’arriver en finale », a-t-il lâché jeudi soir après avoir quasiment provoqué une émeute en zone mixte.
Décisif pour l’obtention du prochain Ballon d’Or, l’Euro sourit à Ronaldo. Messi lui ayant chipé ce trophée majeur depuis trois ans, celui qui ne l’a remporté qu’à une seule reprise en 2008, pourrait bien régner à nouveau sur le monde. Seul, cette fois.

Aurélien Brossier