RMC Sport

Cabella: "Si on joue comme on l’a fait, on ne peut pas nous arrêter"

L’OM s’est fait sortir en 16es de finale de la Ligue Europa ce jeudi après son nul à Bilbao (1-1). Une élimination qui laisse beaucoup de regrets à Rémy Cabella, le milieu de terrain marseillais, persuadé que son équipe pouvait l’emporter à San Mamés.

Rémy Cabella, comment accueillez-vous cette élimination ?

On a beaucoup de regrets. On a fait le maximum, on a tout donné, on a été très bons ce soir mais ils ont été plus réalistes que nous. Qu’est-ce qui vous a manqué ? L’efficacité. C’est dommage car on s’est battu. On était à 1000% et on voulait se qualifier donc il y a beaucoup de regrets.

Le fait d’avoir réalisé un bon match atténue-t-il la déception ?

Le sentiment qui reste, c’est la déception d’être éliminés. C’est bien de faire des bons matches mais le plus important, c’était de se qualifier et on ne l’a pas fait. Maintenant, c’est passé et il faut se concentrer sur le championnat et la Coupe de France.

On a l’impression que la qualification vous échappe au match aller (défaite 1-0 au Vélodrome)…

Non. Ce soir, on avait de quoi gagner 2-0, voire plus. On a eu les occasions mais on a manqué d’efficacité. Après, bien sûr, c’est dommage d’avoir perdu au match aller.

Personnellement, vous avez évolué en n°10 et vous avez effectué un bon match…

C’est là où je me sens le mieux, où je peux faire jouer mes coéquipiers, où je peux créer des choses. C’était le choix du coach, qui m’a dit de repasser dans l’axe après cinq minutes Ça a changé les choses. En plus, je sais qu’il y a Lassana Diarra et Isla derrière moi et ils ont été énormes. On a fait le match qu’il fallait mais on a perdu. C’est une défaite pour nous.

Pourquoi l’OM n’évolue-t-il pas toujours à ce niveau ?

(Rire étouffé.) C’est comme contre le PSG… On parle beaucoup de nos matches quand il y a beaucoup d’enjeu mais on essaye de faire le maximum et de tout donner sans calculer. On n’est pas là pour choisir les matches. On a deux compétitions à finir et on va essayer de donner le maximum jusqu’au bout. On va tout faire pour aller au bout en Coupe de France et ce n’est pas terminé en Ligue 1. On a de quoi faire et si on joue comme on l’a fait ce soir, on ne peut pas nous arrêter.

Florent Germain, à Bilbao