RMC Sport

Ligue Europa: Rennes sanctionné par l’UEFA

La commission de discipline de l’UEFA a décidé de sanctionner le Stade Rennais après le 8e de finale aller de la Ligue Europa face à Arsenal (3-1), le 7 mars dernier. Le club devra payer une amende pour trois charges retenues contre lui.

L’UEFA a infligé une sanction au Stade Rennais et l’a communiquée, ce vendredi par le biais de sa commission de contrôle, d’éthique et de discipline (CEBD). Le club breton a reçu une amende de 44.000 euros après le 8e de finale aller de la Ligue Europa face à Arsenal (3-1), le 7 mars, disputé dans une énorme ambiance. Trois charges ont été retenues contre le club breton: envahissement du terrain par les supporters, utilisation de fumigènes et escaliers bloqués. 

Battus et éliminés au retour

Vainqueurs au match aller, les hommes de Julien Stéphan s’étaient inclinés une semaine plus tard à l’Emirates Stadium lors du match retour (3-0) et avaient été éliminés. Cela reste tout de même le plus beau parcours de l’histoire du club en Europe puisque les Rouge et Noir n’avaient, jusqu’alors jamais gagné un match de poule et n’avaient jamais réussi à sortir des groupes. 

>> Pour suivre la Ligue Europa, cliquez ici pour vous abonner aux offres RMC Sport

"On savait que cette équipe attaquait très fort, avait confié Julian Stéphan, l’entraineur rennais à l’issue du match. Mais se préparer et le vivre, c'est différent. Arsenal, c'est le niveau Ligue des champions. Ils étaient meilleurs que nous, cela va nous permettre de nous enrichir, d'emmagasiner de l'expérience contre du très, très haut niveau. Arsenal est très dense au niveau athlétique, très technique, avec beaucoup de maturité et une intensité bien supérieure. » 

Il avait aussi pointé une erreur d’arbitrage sur le deuxième but des Gunners. "Il y a clairement hors-jeu sur le deuxième but, avait-il regretté. Il n'y avait pas besoin du VAR pour voir le hors-jeu. Le VAR ne règle pas tout, on l'a vu mercredi sur le penalty de Lyon. Rien ne gênait l'arbitre assistant, qui a mis beaucoup moins de temps à lever son drapeau en deuxième période"

Nicolas Couet