RMC Sport

Lyon-Besiktas: comment l’OL se défend face aux incidents

En attendant les résultats de l'enquête de l’UEFA sur les incidents qui ont marqué l’avant-match entre Lyon et Besiktas en quart de finale de Ligue Europa, le club rhodanien a déjà quelques arguments pour sa défense. Il en faudra car l'Olympique Lyonnais est responsable de la sécurité dans son stade...

Moins de 24 heures après les violents incidents qui ont éclaté avant le coup d’envoi du quart de finale de Ligue Europa Lyon-Besiktas (2-1), l’incertitude plane toujours quant aux éventuelles sanctions que pourrait infliger l’UEFA au club de Jean-Michel Aulas. Alors que l’instance européenne va probablement ouvrir une enquête après avoir eu le rapport du délégué de la rencontre, le club rodhanien, responsable de la sécurité à l’intérieur de son stade, a quelques arguments pour sa défense: "Manifestement, on a été victimes d'agressions d'hooligans turcs, a avancé ce jeudi Vincent Ponsot, directeur général adjoint de l’OL en charge des questions juridiques. Les équipes d'organisation ont dû faire face à des violences dures, notamment à l'entrée. Chaque club est responsable de ses supporters." Dans le viseur de l’OL, Besiktas bien sûr, et les membres d'un groupe de supporters. "Un groupe de 40 à 50 a forcé le passage" ajoute par ailleurs Annie Saladin, directrice de la sécurité du Parc OL.

"Les supporters savent très bien où cacher les objets"

Quid des pétards et autres fumigènes, objets interdits dans les stades et pourtant présents jeudi soir au Parc OL. "Un supporter qui veut entrer dans le stade avec un pétard ou un fumigène rentrera, déplore Annie Saladin. Les stadiers ont fait leur travail de palpation à l’entrée sauf que nous avons l’obligation de nous réserver à quelques zones de palpation. Les supporters savent très bien ce qu’on a le droit de faire et ce que l’on n’a pas le droit de faire et où cacher ces objets. Je suis désolée mais je n’ai pas la solution pour empêcher l’entrée d’engins pyrotechniques. La solution qu’on ne peut pas appliquer est celle qui a été appliquée à Rome."

En Italie lors du huitième de finale retour, les supporters de l’OL avaient fait l’objet d’une fouille pantalon et slip baissés. Les règles sont différentes en France: "On a un cadre légal à respecter rappelle Vincent Ponsot. A Rome, nos supporters ont été mis à nu. C’est le seul moyen d’empêcher un engin pyrotechnique de rentrer. Nous, on ne peut pas le faire."

A lire aussi>> OL-Besiktas: Lyon peut-il être sanctionné par l’UEFA?

A.B.