RMC Sport

Fair-play financier: Tebas cible encore le PSG et Manchester City, mais surtout le TAS

Détracteur en chef du PSG et de Manchester City, le président de la Ligue espagnole Javier Tebas a de nouveau taclé les deux clubs au sujet du fair-play financier. Mais il s'en est surtout pris au Tribunal arbitral du sport, qui a annulé une sanction infligée par l'UEFA à la formation anglaise.

Il est l'un des plus fervents opposants aux "nouveaux riches" du football européen, qu'il accuse - avec des arguments plus ou moins solides - de déréguler le marché et d'enfreindre les règles. Javier Tebas, président de la Ligue espagnole, a encore taclé ce mardi le PSG et Manchester City au sujet du fair-play financier.

"Les règles du FPF ne sont pas les meilleures, a-t-il déclaré au Daily Mail, mais je serais satisfait qu'elles soient simplement respectées et qu'il n'y ait pas de clubs qui les contournent de toutes parts, qu'il n'y ait pas de City ou de PSG."

"Il y a beaucoup de problèmes avec le TAS, la Ligue espagnole va enquêter"

Mais plus que contre les deux clubs, c'est après le Tribunal arbitral du sport que le patron de Liga s'est cette fois agacé. Alors que l'UEFA avait infligé l'an dernier deux ans d'exclusion des compétitions européennes à Manchester City, plus 30 millions d'euros d'amende, le TAS a annulé la suspension des Skyblues en juillet et ramené l'amende à 10 millions d'euros, sous prétexte de ne pas avoir de preuves suffisantes montrant que Manchester City avait déguisé ses revenus dans le but de contourner les règles.

"Ces deux clubs (PSG et City) ont été plus ou moins punis, poursuit Tebas. Dans le cas de City, c'était une sanction importante et c'est le TAS qui a levé l'interdiction. Donc, je ne sais pas si je m'inquiète plus de l'UEFA ou du TAS..." Et d'aller plus loin: "Il y a beaucoup de problèmes avec le TAS, il y a des choses qui se passent lorsque des décisions sont prises qui doivent faire l'objet d'une enquête. La Ligue espagnole enquêtera. L'UEFA a fait un effort, ça va au TAS et ensuite rien ne se passe. (...) Le TAS doit faire l'objet d'une enquête pour voir ce qu'il fait réellement."

Par ailleurs, Tebas s'est prononcé pour une limitation des salaires des joueurs. "Nous devons penser à une limitation dans toute l'Europe, dit-il. Il faut y réfléchir. Certains (joueurs) peuvent passer de sept Ferrari à neuf, de huit Lamborghini à dix? J'estime que sept, c'est déjà bien. Le football doit redistribuer la richesse, c'est le débat que nous pourrions avoir."

C.C.