RMC Sport

Les dessous de la méthode Diacre chez les Bleues: paranoïa, démissions, et scission de groupe

Alors que l’équipe de France féminine traverse une crise interne inédite, que les relations entre les joueuses cadres et la sélectionneure Corinne Diacre n’ont jamais été aussi tendues, la méthode Diacre a également eu raison ces derniers mois d’autres membres du groupe France.

Un membre du staff démissionne, un autre est exclu

De plus en plus isolée, la sélectionneure sortait d’un hiver compliqué dont le point d’orgue de tension s’est tenu dans le bureau de Noël Le Graêt lors une réunion de médiation avec Wendie Renard. Se présente alors la première échéance de l’année 2020: le Tournoi de France. Les Bleues l’emportent, mais en coulisses, Diacre continue de vouloir de remettre la main sur l’équipe dont elle se méfie toujours autant. A la recherche des éléments qui pourraient perturber l’équilibre de son groupe et en désaccord avec le médecin de la sélection, elle décide de se séparer d’un membre du staff médical qui, selon elle, ne remplissait pas suffisamment ses attentes en termes de remontée d’informations sur la vie de groupe. Mais ce n’est pas le seul cas de ce type à déplorer sous l’ère Diacre. Selon nos informations, la technicienne avait fait déjà cette demande à d’autres membres du staff par le passé. A chaque fois, elle a reçu une fin de non-recevoir. Son mauvais relationnel, cette "sensation de se sentir épiée, et trahie en permanence, à la limite de la parano", et des réunions avec un "ressenti de malaise important", ont d’ailleurs poussé d’autres personnes à démissionner ces trois dernières années. Lassées également par cette volonté de contrôle excessif à l’image de cette demande de débriefing à l’ensemble du staff à l’issue de chaque rassemblement. Ou encore l’interdiction des journaux dans les salles de vie ou les salles de soins.

Le nouvel adjoint interdit d’échanges privés avec les joueuses

Selon nos informations, après le départ de Philippe Joly, fidèle adjoint de Corinne Diacre, son successeur l’expérimenté Eric Blahic a participé à sa première compétition lors du Tournoi de France. En ce début de mois de mars, il confiait déjà à certains éléments la complexité de la collaboration avec Corinne Diacre. Et se pose même des questions quant à son avenir à ce poste. Une réflexion aidée notamment par une intervention de Diacre alors que Blahic échangeait avec deux joueuses lyonnaises, la sélectionneure lui intimant de ne pas échanger avec les joueuses de façon "privée". Cette semaine, il prend en main les entraînements, Diacre n’étant pas présente sur ce rassemblement après un test positif au COVID-19. 

Une relation extrêmement tendue avec sa capitaine

Ce fut l’absence remarquée de cette liste pour les deux matches de qualification à l’Euro 2022. Corinne Diacre a décidé de ne pas convoquer sa capitaine Amandine Henry (92 sélections), qui sortait pourtant d’un match plein avec son club l’Olympique lyonnais en championnat. Une décision qui a mis le feu aux poudres et pour laquelle Henry a été "choquée et surprise". Mais ce n’est pas le premier épisode de tension entre les deux femmes. Depuis la nomination d'Amandine Henry au capitanat, leur relation est très souvent chaotique. Après un Mondial 2019 très difficile, Henry et Diacre ont eu un échange très vif lors du rassemblement de rentrée en septembre. Une passe d’armes au cours de laquelle, la milieu de terrain aurait reproché son relationnel à la sélectionneure qui lui aurait notamment rétorqué son "manque de politesse". Pour recoller les morceaux un temps, il aura fallu une rencontre en catimini en fin d’année 2019. Mais force est de constater que l’équilibre n’a visiblement pas été trouvé. 

Anthony Rech