RMC Sport

OL-PSG: Ollé-Nicolle s’en prend à la Fédération sur le refus de reporter le match

Après la correction subie par le PSG sur la pelouse de l’OL (6-1), dans le choc de la D1 féminine, l’entraîneur parisien Didier Ollé-Nicolle a fait part de son incompréhension face au refus de la Fédération de reporter le match dans la foulée de l’affaire Hamraoui-Diallo.

Kheira Hamraoui victime d’une agression et blessée, Aminata Diallo placée en garde à vue avant d’être mise hors de cause, et des coéquipières très perturbées. Le PSG féminin a vécu une semaine très agitée avant de se déplacer à Lyon ce dimanche soir pour le choc de D1 féminine. Et de couler face aux assauts des Lyonnaises (6-1). Pour Didier Ollé-Nicolle, l’entraineur parisien, la décision de la Fédération de ne pas reporter la rencontre est incompréhensible. Selon lui, les psychologues qui sont intervenus auprès des joueuses du PSG ont trouvé un groupe très fragile.

"Je me pose beaucoup de questions, a expliqué Didier Ollé-Nicolle. Il y a une éthique du football féminin. Dans notre championnat, il n’y a que 12 équipes. Il y a plein de dates pour jouer ce match-là. C’est dommage pour tout le monde. Les gens devant la télé ont vu des buts, mais ils n’ont pas vu un grand match, avec de l’opposition, du suspense. C’est incroyable que les instances n’aient pas vu qu’il y avait un groupe qui était dans la détresse. Vous vous rendez compte le bruit que ça a fait, tout ce qu’il s’est passé… Je ne parle pas de l’affaire mais des conséquences depuis quelques jours."

"Les évènements ont fait que tout est devenu plus sombre dans l’atmosphère"

"L’historique des rencontres entre le PSG et l’OL montre que ça a tout le temps été serré, très disputé. Et en dix matchs toutes compétitions confondues cette saison, on n’avait pas pris de but. Ce soir, dès qu’il y a eu un grain de sable, on s’est rendu qu’il y avait beaucoup de fatigue mentale, a souligné l’entraineur du PSG. Ces joueuses sont très accrochées à ce maillot. On savait que c’était un match très important. Je ne vais pas pleurer sur notre sort. Il y a un résultat qui a été réalisé par les Lyonnaises. Ce qui est vraiment dommage, c’est qu’il n’a pas été réalisé contre la vraie équipe."

Après la correction infligée par les Lyonnaises, les Parisiennes vont devoir encore "travailler psychologiquement" et "se soigner rapidement" selon Didier Ollé-Nicolle. "Il n’y a rien qui nous arrangeait de ne pas jouer, a assuré l’entraineur parisien. On était sur une bonne série, on s’était préparé, après un match costaud contre le Real. Les évènements ont fait que tout est devenu plus sombre dans l’atmosphère. Je ne suis pas psy. L’équipe a été très, très entourée depuis quelques jours, par un organe psy. Si on a demandé le report du match, c’est qu’il y a eu un avis de cette cellule, qui est extérieure au club, qui a trouvé le groupe très, très touché par ce qu’il s’est passé. D’où la réflexion du club. L’ouverture du score est venue trop facilement. L’expulsion a été in-digérable. On n’avait pas les forces pour revenir."

LP avec EJ