RMC Sport

Fifa-Corruption: un document intéressant trouvé au siège de la FFF

-

- - AFP

La perquisition menée mardi au siège de la Fédération française de football dans le cadre de la vaste enquête pour corruption à la Fifa se serait avérée payante. Les enquêteurs du parquet financier auraient mis la main sur un document qui intéresse particulièrement la justice suisse.

La perquisition menée mardi par le parquet financier au siège de la Fédération française de football n’aurait pas été vaine. Arrivée en fin de matinée, la dizaine d’enquêteurs est partie en fin d'après-midi avec, selon nos informations, un document qui a particulièrement retenu leur attention : un bail de location de bureaux loués par la FFF à la FIFA pour Michel Platini, place Malraux, dans le premier arrondissement de Paris.

« Des informations intéressantes » selon la justice suisse

Nous sommes en 1998. Le Français est à la fois membre du comité exécutif de la FFF et surtout, conseiller de Sepp Blatter, nouvellement nommé à la tête de la FIFA. C'est dans ces bureaux que l'ancien capitaine des Bleus a démarré sa mission auprès de la FIFA car le siège de la FFF « était à l'époque trop exigu » pour l'accueillir. Bureaux qu'il occupera pendant près de quatre ans avec deux collaborateurs de l'instance du football mondial.

Du côté de la justice suisse, ce qui a été trouvé au siège de la FFF est jugé assez probant : « Je n’irai pas dans les détails pour des raisons évidentes. Mais nos collègues présents à Paris sont assez convaincus que des informations intéressantes devraient être reçues grâce au soutien de nos collègues français », a déclaré le chef de la communication au bureau du procureur général de Berne.

Platini « serein »

Selon nos informations, Michel Platini a été mis au courant mardi de cette perquisition. Il se dit « serein ». Dans un communiqué, ses avocats se sont félicités d’une « nouvelle étape, car le plus tôt la justice suisse aura achevé son instruction, le plus tôt Michel Platini sortira de la rubrique des faits divers dans laquelle il n'a pas sa place ».