RMC Sport

Fifa: et maintenant?

-

- - -

Si Sepp Blatter a annoncé démissionner de son poste de président de la Fifa, il ne quittera pas pour autant la fédération internationale. D’ici à la tenue des prochaines élections, le Suisse s’efforcera de laisser une ultime trace dans l’histoire de l’institution tandis que les candidats à sa succession devraient se bousculer au portillon.

Blatter quitte-t-il ses fonctions sur le champ ?

Non. Jusqu’à la tenue du congrès extraordinaire de la Fifa qui permettra aux 209 membres d’élire un nouveau président (entre décembre 2015 et mars 2016), Sepp Blatter conservera toutes ses compétences. Pas d’intérim, donc, mais un maintien en l’état comme le permet l'article 24 des statuts de la Fifa. Toutefois, la procédure électorale sera supervisée par Domenico Scala, président de la commission d'audit de la Fifa.

Que fera Blatter durant ce laps de temps ?

Le Suisse ne se contentera pas d’accompagner la procédure électorale. Orgueilleux jusqu’à l’ongle, on peut compter sur Blatter pour quitter le navire par la grande porte. Et laisser une ultime empreinte dans l’institution. « Je vais me concentrer pour engager des réformes ambitieuses », a-t-il d’ores et déjà annoncé, lors de l’annonce inattendue de sa démission. A moins que la justice ne le rattrape et ne l’empêche d’exercer ses fonctions jusqu’au bout…

Quels candidats à la présidence ?

Les candidats à la présidence de la Fifa devront officiellement se déclarer dans les quatre mois qui précédent l’élection. Mais dans les minutes qui ont suivi l’annonce de la démission de Blatter, deux hommes n’ont pas tardé à se manifester. Et à faire officiellement acte de candidature. A savoir le prince jordanien Ali bin Al Hussein, qui a poussé vendredi dernier le président sortant au 2e tour, avant de se désister. Et David Ginola, qui remet ça après avoir fait rire tout son monde lors de sa candidature initiale, finalement avortée. De toute évidence, c’est le monarque du Golfe persique qui est à cette heure le candidat le plus crédible. Mais d’autres ne devraient pas tarder à se manifester comme Michael van Praag (président de la Fédération néerlandaise), Luis Figo, Wolfgang Niersbach (président de la fédé allemande), Sunil Gulati (président de la fédé américaine), le Français Jérôme Champagne, le Koweïtien Cheick Ahmad, Zico et bien d’autres encore. Comme Michel Platini, par exemple ?...

GM