RMC Sport

Démission de Blatter : toutes les infos et les réactions

-

- - -

Coup de théâtre à la Fifa ! Quatre jours après sa quatrième réélection, Sepp Blatter a annoncé ce mardi qu'il démissionnait de son poste, appelant à l'organisation d'un congrès extraordinaire pour élire son successeur. Les infos et les réactions.

9h30 : Alain Giresse, sélectionneur du Mali et ancien coéquipier de Michel Platini, invité sur BFM TV :

« La question se pose pour Michel Platini maintenant. A-t-il l’étoffe pour être président de la FIFA ? Evidemment que je le pense. Comme président de l’UEFA, il démontre qu’il sait diriger une confédération, qu’il sait appliquer ses idées, qu’il a la conviction d’un passionné du football en lui donnant tous les moyens économiques pour s’épanouir. Ses chances ? Ça va dépendre un peu. Blatter a été élu par 133 voix de Fédérations. »

8h45 : Thierry Braillard, Secrétaire d’Etat aux Sports, invité sur BFM TV

« Le vote de Le Graët pour Blatter ? C’est son choix et je n’ai pas à influer dessus. Il avait le choix entre le Prince Ali que personne ne connaissait dans le monde du foot, et Blatter. La France venait d’avoir l’organisation de la Coupe du monde de football féminin en 2019. Noël Le Graët a expliqué, lors du vote, qu’il souhaitait conserver de bonnes relations avec les salariés de la FIFA. »

7h15 - Larqué : « Platini devient l’homme fort du football mondial »

« Il sera toujours temps entre décembre 2015 et mars 2016 de savoir quels sont les candidats et quel est celui qui réunira le plus de suffrages. Président de la FIFA ou pas, l’homme fort du football mondial aujourd’hui, c’est Michel Platini puisqu’il est le seul à avoir senti le coup comme il les sentait lorsqu’il était sur les terrains en demandant à Sepp Blatter de démissionner ou de ne pas se présenter à la dernière élection de la FIFA. Il avait un coup d’avance. Avec cette attitude et cette demande, il devient l’homme fort du football mondial. »

22h45 : Blatter ciblé par le FBI ?

D'après les médias américain, Sepp Blatter serait la cible d'une enquête fédérale pour corruption. Le New York Times évoque notamment que plusieurs officiels, sous couvert de l'anonymat, ont affirmé qu'un dossier était en train d'être monté sur le président démissionnaire. Ils espèrent notamment obtenir la coopération des responsables de la Fifa.

21h50 : Greg Dyke, président de la Fédération anglaise : « Excellent pour le monde du football »

« C'est une belle après-midi ! C'est excellent pour le monde du football. C'est le début de quelque chose de neuf. La Fifa dans son ensemble a besoin de se restructurer. Il faudra de la transparence à l'avenir, mais en attendant, c'est une excellente nouvelle aujourd'hui. »

21h20 : Bernard Caïazzo, président du comité de surveillance de Saint-Etienne : « Il s’est forcément passé quelque chose »

« C’est une excellente nouvelle à laquelle je ne croyais pas, je pensais que c’était une blague. Il a dû se passer quelque chose depuis vendredi. On ne peut pas aller à une élection, ne pas écouter Michel Platini qui vous demande de démissionner, et démissionner quatre jours après. J’imagine, connaissant le système américain, que les autorités américaines sont allés voir Blatter en lui disant qu’il y a deux possibilités : soit il démissionne, soit ils sortent des éléments en leur possession qui seraient une vraie catastrophe pour l’image mondiale du football. Ce sont des suppositions bien sûr. Je pense que Blatter s’est rendu compte que la situation était intenable. Sinon je ne vois pas pourquoi il n’aurait pas accepté la proposition de Platini, qui était décente. Il y a forcément quelque chose qui s’est passé. La question maintenant c’est : est-ce que le système va perdurer. C’est tout le système qui doit sauter. Et le seul homme en qui on peut avoir confiance, parce qu’il aime le football, c’est Michel Platini, et j’espère qu’il pourra y aller et faire le grand nettoyage. »

21h10 : Frédéric Thiriez, président de la LFP : « Michel Platini sera le président idéal »

« Aujourd'hui, ce qui compte c'est l'avenir ! L'avenir du football mondial et de la plus grande organisation sportive au monde, la FIFA. Pour moi, un nom s'impose pour la présider celui de Michel Platini, immense footballeur qui s'est révélé ensuite un très grand dirigeant à la tête de la confédération européenne. Michel serait le président idéal pour la FIFA ! »

21h00 : David Ginola sera aussi candidat !

20h50 : Rolland Courbis : « Une mascarade ! »

« J’en perds mon français tellement c’est n’importe quoi. Un arrêt de Blatter sans être une démission… On va vers quoi là ? Qu’il change d’avis dans six mois. Maintenant plus rien ne m’étonnerait. Sincèrement, j’ai plus de questions que de réponses. Nous n’avons pas frisé le ridicule, on l’a atteint. Je suis abasourdi de cette mascarade. Pour moi une démission, une fois que tu as posé la dernière feuille de ton discours, c’est terminé. Là il nous annonce qu’il arrête mais il va rester président pendant 6-8 mois, et on peut se demander ce qui se passera après. »

20h40 : Larqué : « Pas un geste courageux »

« Je pense que M. Blatter a eu des informations, sans doute très précises, sur ce qui se trame aujourd’hui au niveau des interrogatoires. Je pense qu’il jette l’éponge car sa crédibilité était déjà très entamée et qu’aujourd’hui, que ce soit du côté de la justice américaine ou suisse, on voit que les affaires se rapprochent de plus en plus de lui. Je ne veux pas croire une seule seconde que ce geste de Blatter est un geste courageux. Il s’est battu comme un lion pour être réélu. Il l’a été seulement au second tour, qui n’a pas eu lieu puisque le Prince Ali s’était retiré. On peut très bien gouverner quand on a quasiment 66% des voix et le motif invoqué par Sepp Blatter est fallacieux et caduque. Pour moi, Blatter sent que le danger se rapproche et sent qu’il est temps de s’en aller.

Si Michel Platini est fidèle à ses engagements, et je le crois fidèle, ce n’est pas cette fois-ci qu’il se présentera à l’élection. Peut-être que des éléments extérieurs vont changer mais il a été plutôt réticent à se présenter et je ne pense pas que le nouveau paysage et la démission de Blatter vont l’inciter à être candidat. Il semblerait que le Prince Ali, le seul qui ait osé se frotter à Sepp Blatter, soit un candidat tout désigné. »

20h30 : Mariage douteux, Le Parrain, la théorie des climats... Voici la carrière de Sepp Blatter en 10 anecdotes

20h25 : Patrick Kanner, ministre des Sports : « Une sage décision »

« Le monde du football a été très ébranlé ces derniers jours. Pour moi c’est une sage décision, ça doit permettre une nouvelle gouvernance, avec une Fifa forte mais propre, qui doit repartir vite du bon pied avec la priorité aux sports. Est-ce que Platini doit lui succéder ? Ça c’est une question qui relève de sa propre opinion. Il pourrait être un excellent président, mais tout est remis à plat aujourd’hui. Il peut être tenté, il aurait toutes les qualités, mais c’est à lui de juger s’il peut être le bon candidat pour remettre sur les rails cette institution. La Fifa est très secouée, cette élection, je l’espère, va amener de la sérénité, de l’apaisement, et surtout qu’on reparte sur son boulot premier, développer le football dans le monde avec probité. »

20h05 : Thierry Braillard, Secrétaire d’Etat aux Sport : « Ni une bonne ni une mauvaise nouvelle »

« Je prends acte de cette démission. Le moment est venu pour la Fifa de mettre la question des hommes de côté et surtout de réfléchir à son organisation pour que les questions de transparence, les questions éthiques prédominent, plutôt que les questions d’argent. Ce n’est ni une bonne, ni une mauvaise nouvelle, dont il faut se servir pour revoir certaines procédures, pour pas que l’on soit toujours sur la suspicion. Pour la suite, Michel Platini est un excellent dirigeant, mais le choix lui appartient et ce n’est pas à moi de m’immiscer dans sa décision. »

19h55 : Philippe Piat (président de la FIFPro, le syndicat des joueurs professionnels) : « Un coup de tonnerre »

« C’est un coup de tonnerre, un étonnement mais en même temps le chemin qu’il fallait presque imaginer. Compte tenu des pressions et de ce qui s’est passé ces derniers jours, c’est un coup de tonnerre mais en même temps ce n’est pas une surprise. C’est une logique. L’état de la Fifa aujourd’hui nécessite un changement, sinon ce n’est plus possible de travailler. Maintenant les questions qui se posent sont : quelles réformes, comment et avec qui ? C’est peut-être le moment crucial pour que ces choses-là soient faites. »

19h50 : Daniel pas tendre avec le Graët, qui avait voté pour Blatter et appelle maintenant Platini à la présidence de la Fifa

>> Son analyse est ici <<

19h46 : Valérie Fourneyron, ex-Ministre des Sports, pense aussi à Platini

19h43 : Le Prince Ali se relance dans la bataille !

Adversaire de Sepp Blatter lors de l’élection à la présidence de la Fifa vendredi dernier, le Prince Ali annonce qu’il sera de nouveau candidat lors des prochaines élections. Largement devancé par Blatter lors du 1er tour, le Prince Ali s’était retiré de la course entre les deux tours.

19h40 : Noël Le Graët, président de la FFF : « Le candidat idéal, c’est Platini »

« C’est sûr que ce n’était pas prévu. Depuis ce matin, je m’y attendais un peu quand même. Je ne sais pas s’il a eu peur d’être rattrapé par les affaires, je ne me mouillerai pas là-dessus. Mais vu comme il a été ballotté depuis sa réélection, je pense que c’est une bonne décision. Maintenant il va falloir trouvé le meilleur candidat possible. Pour moi, c’est Michel Platini, qui gère l’UEFA de manière admirable. Au niveau mondial, je pense qu’il a une image qui peut rassembler. Qu’il y ait une nouvelle élection, je trouve ça très bien. »

19h35 : La réaction de Michel Platini, via un communiqué de l'UEFA : « La démission de Blatter est une décision difficile et courageuse. C’est la bonne décision. »

19h33 : Pour tout savoir de la conférence de presse de Blatter et l'annonce de sa démission, >> c'est ici <<

19h30 : Luis : « Il doit en savoir, des choses… »

« L’UEFA s’est retournée. Cette pression de l’UEFA a fait que Blatter a senti le boulet arriver. Il n’a plus le même pouvoir, la même mainmise. Quand tu es président, que tu entames un 5e mandat et que tu as toutes ces affaires au cul... Je ne dis pas qu’il est responsable mais il est quand même président d’une institution. Il doit en savoir des choses. »

19h27 : Le Secrétaire d'Etat aux Sports réagit

19h25 : Thierry Granturco, avocat collaborateur régulier de la Fifa : « Inéluctable »

Je ne suis pas vraiment étonné par cette réaction. C’était inéluctable que la gouvernance, dans son entièreté, change. Monsieur Blatter avait perdu la plupart de ses soutiens en interne, notamment la quasi-totalité de ses soutiens en Europe. Ou il continuait sans ses soldats, ou il partait, ce qui me semblait être la seule solution.

19h20 : Juninho : « Cette démission est logique »

« L’impression que j’ai, c’est qu’à la Fifa ils sont les rois. Ils vivent dans un monde et tous les autres vivent dans un autre monde. Il faut diminuer cette distance. Pour moi cette démission est logique mais la surprise c’est pourquoi Blatter ne l’a pas prise quatre jours avant les élections ? »

19h16 : Frank Leboeuf : « Des pressions extraordinaires »

« Il y a certainement beaucoup de pressions internes, mais aussi externes de la part de grands pays, qui ont dû lui mettre une pression extraordinaire. Comme il n’avait pas l’appui de certains pays et de certaines personnes au sein de la Fifa, il n’avait pas d’autres solutions. Vu comme il avait envie de s’accrocher à son poste, pour le bouger, il a dû subir de sacrées choses. »

19h13 : Patrick Champagne, bras droit de Blatter : « Il se sacrifie pour la Fifa »

« On verra avec le temps mais je crois que sa décision est intéressante dans la mesure où les réformes sont annoncées et fondamentales. Je l’ai moi-même dit pendant longtemps, il faut rendre aux Fédérations nationales le pouvoir au comité exécutif et on voit bien que tous les problèmes, ces derniers jours, viennent des confédérations. Je crois qu’avec cette décision M. Blatter met clairement en avant le fait que c’est la Fifa qui compte, en tant que gouvernement mondial du football et d’une certaine façon il se sacrifie pour elle, une structure qu’il a beaucoup développée et qu’il aime beaucoup. »

19h10 : Bonjour à tous. Sepp Blatter vient d'annoncer sa démission de la présidence de la Fifa. Nous suivrons toutes les infos et les réactions sur cet énorme coup de théâtre en direct.