RMC Sport

FIFA: Platini cherche la taupe et porte plainte contre X

Michel Platini n'a toujours pas digéré les révélations qui l'ont empêché de prendre la tête de la Fifa et l'ont éloigné du monde du football. Le Français a déposé une plainte contre X pour "dénonciation calomnieuse".

La pilule ne passe pas pour Michel Platini. L'ex-président de l'UEFA, suspendu huit ans (réduite ensuite à quatre) de toute activité liée au football par la Fifa en 2015, veut savoir qui a informé le ministère public de la Confédération helvétique du paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 millions d'euros) que lui a fait Sepp Blatter.

Blanchi en mai

Selon le journal Le Monde, Platini, blanchi en mai dernier par la justice suisse, a déposé une plainte contre X pour "dénonciation calomnieuse" et "association de malfaiteurs en vue de commettre le délit de dénonciation calomnieuse" au procureur de la République adjoint, qui a ouvert une enquête préliminaire.

"L'enquête, compte tenu des éléments factuels contenus dans la plainte, pourra très vraisemblablement déterminer tout l'entrelacs des responsabilités, c'est-à-dire une action de concert avec un objectif: criminaliser artificiellement Michel Platini pour le mettre hors-jeu" dans la perspective de la course à la présidence de la Fifa, a expliqué l'avocat de Michel Platini à l'AFP.

"Cette plainte est en cours d'analyse" par le parquet de Paris, qui devra ensuite décider s'il ouvre ou non une enquête sur les faits dénoncés, a de son côté indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Le Monde révèle dans son édition datée de samedi que le camp Platini suspecte une fuite interne à la Fifa, et s'interroge notamment sur le rôle de l'ancien président de la Fifa, Sepp Blatter, décisionnaire du paiement en 2011 d'un travail de conseiller de Michel Platini achevé en 2002, de 2 millions de francs suisses (1,8 millions d'euros).

C'était ce fameux paiement qui avait valu à Platini d'être placé sous le statut de témoin assisté en septembre 2015, dans le contexte de la campagne pour la succession de Sepp Blatter à la présidence de la Fifa. C'est finalement l'Italo-suisse Gianni Infantino qui avait été élu président de l'instance organisatrice de la Coupe du monde.

"Je trouve que ce que fait Michel Platini pour défendre ses droits est très bien, parce qu'en même temps il défend les miens", a réagi auprès de l'AFP Sepp Blatter. "Maintenant, supposer que c'est moi qui aurait dénoncé cette affaire à la magistrature suisse, c'est tout à fait impensable et même ridicule. Je ne vais pas me condamner moi-même, c'est imbécile".

TL