RMC Sport

Italie-France : à quoi va ressembler le test vidéo ? C’est encore un peu flou

-

- - AFP

Un test vidéo sera effectué ce jeudi lors du match amical Italie-France, à Bari. En quoi consistera-t-il vraiment ? Ne vous attendez pas à grand-chose pour le moment.

Le match Italie-France, ce jeudi à Bari, donnera lieu à une grande première. Et pas uniquement parce qu’Ousmane Dembélé pourrait faire ses débuts chez les Bleus. Un test d’arbitrage vidéo sera mis en place pour la première fois dans une rencontre internationale. Si la goal line technology a déjà fait son apparition sur les terrains, cette fois la Fifa a voulu aller plus loin puisque l’arbitre central pourra communiquer en direct avec un de ses homologues spécialement dédié à la vidéo.

A lire aussi >> Bleus : pourquoi Deschamps a appelé Dembélé

La Fifa a toutefois indiqué que ce teste serait « hors-ligne », ce qui signifie que cela n’aura « pas d’impact sur la partie et donc que l'arbitre ne stoppera pas la rencontre pour regarder des ralentis vidéos ». L’expérimentation portera uniquement sur l’interactivité entre l’arbitre central et vidéo. Ne vous attendez donc pas à ce que l’arbitre accorde ou refuse un penalty avec l’aide de la vidéo pendant cette rencontre.

Un débrief le lendemain du match

Une conférence de presse se tiendra le lendemain en présence du Président de la FIFA Gianni Infantino, du Secrétaire général adjoint de la FIFA Zvonimir Boban, de l'arbitre FIFA Björn Kuipers et d’un représentant du fournisseur technologique (Hawk-Eye Innovations Ltd) pour débriefer l’utilisation de la vidéo pendant ce match.

A lire aussi >> L’âge d’Evra, les retours de Fekir et Lacazette : ce qu’il faut retenir de la liste de Didier Deschamps 

Des tests de ce genre ont déjà été effectués en troisième division américaine et cinq pays cobayes sont voués à expérimenter ce système: l'Australie, l'Allemagne, le Brésil, les Pays-Bas et le Portugal, chacun sous l'égide de sa fédération et/ou de sa ligue professionnelle. A terme, les quatre cas où l'assistant vidéo pourrait avoir son mot à dire à l'arbitre central sont : but marqué, carton rouge, penalty, erreur sur une identité. A condition que ce système fasse ses preuves.