RMC Sport

Jorge Jesus raconte la violente agression qu'il a subie au Sporting

-

- - Icon

Un an et demi après l'intrusion musclée de dizaines de supporters en colère au centre d'entraînement du Sporting Portugal, l'affaire est actuellement jugée au tribunal. Jorge Jesus, le coach de l'époque, a raconté ce mardi à la barre l'agression qu'il a subie ce jour-là. Un témoignage glaçant.

Jorge Jesus n'est pas prêt d'oublier cette triste journée. En mai 2018, une vingtaine d'individus cagoulés s'infiltrent dans le centre d'entraînement du Sporting Portugal, dont il est alors l'entraîneur. Ce sont des supporters en colère après la non-qualification de leur équipe pour la Ligue des champions. Venus pour en découdre, ils agressent violemment plusieurs joueurs de l'équipe lisboète. Et s'en prenne physiquement au technicien portugais, alors âgé de 63 ans. 

"Ils ressemblaient à un escadron militaire"

Un an et demi après les faits, celui qui est aujourd'hui à la tête de Flamengo est revenu ce mardi sur ce déchaînement de haine devant le tribunal d'Almada, dans la région de Lisbonne, où le procès de cette affaire s'est ouvert. "Ils étaient tellement nombreux... Je me souviens très bien que j'ai commencé à courir en direction de mon bureau, a-t-il expliqué dans des propos rapportés par ESPN. Je ne les ai pas vus entrer, la plupart avaient la tête couverte. Il y en avait plus de vingt, c'est sûr. Ils ressemblaient à un escadron militaire."

Un escadron qui a passé ses nerfs sur Jesus. Sans ménagement. "J'ai été frappé au visage, je suis tombé et mon nez saignait. Ensuite, j'ai été roué de coups dans les couloirs. J'ai essayé de réagir mais la situation était tellement confuse", raconte le technicien lusitanien, qui a remporté le championnat du Brésil et la Copa Libertadores en novembre dernier avec Flamengo. 

"Un film d'horreur"

"Cela ressemblait à un film d'horreur, poursuit-il. Dans les vestiaires, tout était à l'envers. Les joueurs ne savaient pas quoi faire. Bas Dost (un attaquant néerlandais, ndlr) s'est mis à pleurer. Il a demandé: 'Pourquoi ils m'ont fait ça?' Tout le monde était en colère."

Quarante-quatre personnes sont jugées pour cette attaque contre le centre d'entraînement du Sporting. Elles sont poursuivies pour crime terroriste, menaces aggravées, dommages violents, possession illégale d'une arme et intrusion dans un lieu interdit. 

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur