RMC Sport

L'UEFA a demandé à la FIFA de revoir le règlement sur les mains

D'après AP, le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, a écrit fin octobre à son homologue de la FIFA, Gianni Infantino, pour que le règlement sur les mains soit modifié. Le Slovène, lassé des trop nombreuses polémiques actuelles, aimerait que l'intentionalité du geste soit de nouveau prise en compte, comme par le passé.

Depuis plusieurs mois, plus un match ne se déroule, ou presque, sans une polémique autour d'une main trop sévèrement sanctionnée. La rencontre entre Chelsea et Rennes, mercredi soir en Ligue des champions, en est le meilleur exemple... Conscient du problème, le président de l'UEFA Aleksander Ceferin a donc décidé de passer à l'action. Selon Associated Press, le dirigeant a écrit fin octobre une lettre au patron de la FIFA Gianni Infantino pour revoir le règlement. Et revenir pour ainsi dire au texte précédent qui lui tenait compte de l'intentionnalité d'une main en cours de jeu.

"La tentative de définir strictement les cas où une main est une infraction a abouti à de nombreuses décisions injustes qui ont suscité une frustration et un malaise croissants dans la communauté du football", a écrit Ceferin, toujours d'après AP.

"Il n'y a pas de honte à admettre que les décisions qui sont prises pour le bien et qui n'atteignent pas leurs objectifs doivent être revues."

C'est pourquoi le Slovène aimerait faire machine arrière. "L'esprit du jeu doit être préservé à tout moment, estime-t-il. Je pense que revenir au texte précédent, peut-être revu et complété par une disposition qui ne permettrait pas de marquer des buts à l'aide de la main ou du bras (même non intentionnelle, ndlr), est une option à prendre en compte. (...) L'utilisation du VAR dans de nombreuses compétitions a simplement accentué le problème et pousse les arbitres et les médias à revisionner chaque situation, avec des effets paranoïaques et des résultats controversés."

Ce qui ne rend service à personne. "Il n'y a pas de honte à parfois admettre que les décisions qui sont prises pour le bien et qui n'atteignent pas leurs objectifs doivent être revues", observe Ceferin. Si le président de l'UEFA fait appel à Infantino, c'est évidemment parce que la confédération européenne n'a pas le pouvoir de modifier les fameuses lois du jeu. Ceci est le travail de l'International Football Association Board (IFAB), où quatre voix sur huit (pour valider un changement) appartiennent à des représentants de la FIFA. Les autres revenant aux fédérations anglaise, écossaise, galloise, et nord-irlandaise.

CC