RMC Sport

La descente aux enfers du Tianjin Quanjian, le club chinois où joue Pato

Alexandre Pato

Alexandre Pato - AFP

Une fillette morte, des accusations de fraude pyramidale, une dizaine d'arrestations: Tianjin Quanjian, le club chinois où évolue la star brésilienne Pato (ex-AC Milan), connaît actuellement une crise qui pourrait lui être fatale.

Alexandre Pato, l'attaquant brésilien de 29 ans, est venu y relancer sa carrière début 2017. Sera-t-il toujours un joueur de Tianjin Quanjian (Chine) lors de l'ouverture du prochain championnat de Super League (1ère division) début mars? Rien n'est moins sûr. Si le groupe pharmaceutique Quanjian reste toujours propriétaire de ce club basé dans la grande ville portuaire de Tianjin (nord), les autorités ont placé le club sous leur contrôle et l'ont obligé cette semaine à se rebaptiser "Tianjin Tianhai", selon la presse officielle.

En manque de liquidités, la franchise qui a terminé 9e (sur 16) de la dernière Super League doit désormais lutter pour sa survie et s'apprêterait à vendre des joueurs pour rester à flot. La chute du Tianjin Quanjian, qui caracolait pourtant sur le podium du championnat chinois il y a un peu plus d'un an, a commencé fin décembre.

Une relégation dure à éviter

L'entreprise propriétaire du club, spécialisée dans la médecine traditionnelle chinoise, est alors mise à l'index en raison de la mort trois ans plus tôt d'une fillette atteinte d'un cancer. Celle-ci aurait arrêtée une chimiothérapie pour être soignée avec des produits du groupe pharmaceutique. Elle est décédée en décembre 2015, à l'âge de 7 ans.

L'affaire a refait surface après la publication d'un article le mois dernier sur un site internet dédié aux questions de santé. Partagé de façon virale, il a provoqué un tollé, et soulevé des doutes sur les produits de Quanjian, dont le groupe vante abondamment l'efficacité. 

La compagnie pharmaceutique fait depuis le 1er janvier l'objet d'une enquête pour des soupçons de fraude pyramidale et de publicité mensongère, a indiqué l'agence de presse Chine nouvelle. Le fondateur de Quanjian, Shu Yuhui, figure parmi la dizaine de personnes arrêtées, selon le journal officiel China Daily.

"Si le club ne trouve pas un meilleur propriétaire pour reprendre l'équipe, celle-ci sera probablement reléguée", estime Shen Chen, qui suit le ballon rond à Tianjin depuis l'âge de 6 ans.

"Et si d'ici à fin 2019 aucune entreprise ne se manifeste, alors l'équipe pourrait même être dissoute et les joueurs libérés de leurs contrats", prévoit l'homme de 33 ans.

Ancien club de Witsel, Modeste ou Luís Fabiano

La plupart des 16 clubs de Super League appartiennent à de grands groupes industriels, présents notamment dans l'immobilier (Guangzhou Evergrande, Shandong Luneng), l'investissement (Beijing Sinobo Guo'an), la vente d'électroménager (Jiangsu Suning) ou encore l'activité portuaire (Shanghai SIPG).

Signe de la déchéance du Tianjin Quanjian: le blason marron, bleu et or a été décroché ces derniers jours du siège du club. Un contraste saisissant avec sa situation il y a à peine un an. L'équipe avait terminé en novembre 2017 à la 3e place du championnat chinois avec à sa tête l'entraîneur Fabio Cannavaro, vainqueur de la Coupe du monde 2006 avec l'Italie.

Pato faisait alors partie d'un onéreux et efficace duo d'attaque avec le Français Anthony Modeste, reparti depuis au FC Cologne après un long bras de fer avec la direction du club. Le Tianjin Quanjian avait également recruté à prix d'or (20 millions d'euros) le milieu de terrain international belge Axel Witsel, transféré ensuite au Borussia Dortmund à l'été 2018.

Pato reste la seule star de l'équipe. Mais lui et ses coéquipiers, en stage de pré-saison aux Émirats arabes unis, seraient, selon la presse, empêchés de s'exprimer dans les médias. 

Pascal Lefebvre avec AFP