RMC Sport

La génération Platini accuse le coup

Michel Platini aux côtés d'Alain Giresse, ici en 2012.

Michel Platini aux côtés d'Alain Giresse, ici en 2012. - AFP

Icône du football français et porte-drapeau d’une France du sport qui s’est mise à gagner dans les années 80, Michel Platini est un homme à part dont la suspension de 8 ans infligée par la Fifa a ébranlé ses anciens compagnons de route. Qui n’en reviennent toujours pas.

Séisme. Tremblement de terre. Choc. Déflagration. Ce lundi matin à l’annonce du verdict et du tarif de la sanction infligée à Michel Platini, ses anciens compagnons de terrain accusent le coup. A la fois icône, porte-drapeau et guide de toute une génération, l’ancien capitaine et chef d’orchestre des Bleus incarnait jusqu’à présent une certaine idée de la réussite, sans conteste et sur tous les fronts, sans accro ni casserole. Un exemple à suivre doublé d’une probité sans faille.

Aussi, quand ses anciens coéquipiers de l’AS Nancy Lorraine ou de l’équipe de France ont pris connaissance des huit ans de suspension de toute activité liée au football infligés par la commission d’éthique de la Fifa, c’est comme si les Dieux du foot leur tombaient sur la tête.

Moutier : "Une sanction imméritée"

« C’est un séisme dans le monde du foot même si on s’y attendait, souligne Jean-Michel Moutier, ancien gardien de but de l’AS Nancy-Lorraine et partenaire de « Platoche » de 1972 à 1979. Les commissions n’allaient pas se contredire. C’est une lourde sanction complètement imméritée quand on connait Michel. »

Giresse : "Tous les coups sont permis"

« Je trouve ça très dur, poursuit Alain Giresse, qui a côtoyé l’ancien Triple Ballon d’or de 1976 à 1986 en équipe de France. Je pense qu’il y a un décalage entre les faits reprochés et le personnage. Jamais il ne pourra accepter d’être coupable de malversation. Ca fait lourd. Ils veulent en faire un exemple, mais un exemple de quoi ? Quand il s’est lancé dans les instances, il voulait défendre et préserver le football. Il n’y avait que ça qui l’intéressait et c’était sincère. Mais dans ce milieu-là, c’est encore plus compliqué que sur un terrain de foot car tous les coups sont permis. »

Trésor : "Il devait gêner pas mal de personnes"

Ancien « Roc » de la défense tricolore derrière Platini de 1976 à 83, Marius Trésor y voit, lui, une forme de complot. « On a vu tout le bon travail qu’il a fait à la tête de l’UEFA, il voulait continuer avec la FIFA mais il devait gêner pas mal de personnes pour ressortir cette histoire et essayer de le faire tomber. Mais je pense qu’il va faire tous les recours qui sont à sa portée pour faire en sorte que son honneur ne soit pas sali. »

GM