RMC Sport

Agüero n’est plus le Messi

Deux attaquants argentins aux trajectoires opposées.

Deux attaquants argentins aux trajectoires opposées. - -

Associés avec bonheur en sélection argentine, Leo Messi et Sergio Agüero vivent des destins contraires en club. L’un s’affirme au Barça quand l’autre traîne son mal être à l’Atlético. Leur deux clubs s’affrontent ce soir (19h).

Ils représentent les deux plus grands espoirs d’une Argentine à la recherche de son lustre depuis le titre mondial de 1986. Successeurs désignés d’un Maradona qui les avait associés pour la première fois en sélection le 11 février à Marseille (victoire 2-0 contre la France), Leo Messi et Sergio Agüero devraient se faire face ce soir à Vicente-Calderón. Le conditionnel est en effet de rigueur au regard de la situation compliquée du second.

Auteur d’un flamboyant début de saison, le « Kun » est désormais au bord de la crise de nerfs. Lui qui assurait encore mi-février être « heureux à l’Atlético », l’était beaucoup moins en quittant le terrain après 55 minutes mercredi contre Porto (2-2). Une sortie incomprise au sein même du vestiaire madrilène, Maniche n’hésitant pas à parler de « mauvaise décision » de la part son entraîneur Abel Resino. Peu en phase avec l’homme aux commandes depuis moins d’un mois, le jeune attaquant (20 ans) est sans doute en bout de course avec le club « colchonero ».

« Agüero se fâche et ne se sent pas valorisé », titrait AS le lendemain. Après deux ans et demi à Madrid, il rêve surtout de plus grand qu’une équipe une nouvelle fois reléguée dans l’ombre du Real et du Barça. Ce Barça où brille de mille feux son compatriote Leo Messi, avec lequel il avait remporté le championnat du monde des moins de 20 ans en 2005 et la médaille d'or à Pékin cet été. Et qu’il considère lui-même comme « le meilleur attaquant du monde ».

Pour grimper dans la hiérarchie, le gendre et père du premier petit-fils de Maradona pourrait suivre le conseil de beau-papa, qui le verrait bien sous le maillot de l’Inter. Un souhait partagé par le club milanais. « Agüero a tout d’un "top player" et nous le suivons très attentivement, a confirmé hier dans Marca son directeur sportif Marco Branca. C’est désormais une question économique. » Car pour casser un contrat encore long de trois ans, il en coûtera la bagatelle de 60 millions d’euros. Très cher mais toujours moins que la clause de Messi à Barcelone (150 millions). L’Argentine a plus de chance. Pour elle, le duo est gratuit et pourrait rapporter gros dans l’an prochain en Coupe du monde.

La rédaction - Sylvain Coullon