RMC Sport

Barça: Malcom critique la faible intensité des entraînements

Arrivé en Russie l'été dernier, Malcom (23 ans) a été marqué par la différence dans le niveau des entraînements du Zénith par rapport à ceux beaucoup plus légers qu'il a connus au FC Barcelone.

Le passage de Malcom (23 ans) au FC Barcelone n'est pas resté dans les annales. Arrivé en 2018 en provenance de Bordeaux, le Brésilien n'a jamais vraiment eu sa chance en Catalogne. Il a finalement rejoint le Zénith Saint-Pétersbourg l'été dernier (contre 40 millions d'euros). Une arrivée gâchée par une blessure à la hanche qui lui a fait manquer quatre mois de compétition. Un contretemps physique qu'il impute au changement de rythme radical entre les séances d'entraînements russes et celles espagnoles, beaucoup moins poussées. 

Alors qu'il était interrogé par la radio catalane, Cadena Ser, l'ancien Bordelais s'est excusé d'avoir répondu tardivement. "Désolé, au Zénith, nous sommes actuellement en train de faire une deuxième session d'entraînement", a-t-il déclaré aux journalistes. "En vérité, nous nous entraînons beaucoup plus ici et c'est pour ça que je me suis blessé, a-t-il confié. Au Barça, on avait l'habitude d'avoir des entraînements de seulement 40-50 minutes."

"Je méritais plus de temps de jeu au Barça"

"J'ai de bons souvenirs de Barcelone, a-t-il ajouté. Je reçois de nombreux messages de soutiens. Je parle beaucoup avec Arthur, Nelson (Semedo), Coutinho (actuellement prêté au Bayern)."

"Je pense que je méritais plus de temps de jeu mais les joueurs veulent toujours jouer, souligne-t-il. Par rapport à ce que j'ai fait sur le terrain, je pense que je méritais plus, mais c'est inné pour chaque joueur, nous voulons tous participer autant que possible."

Il garde deux souvenirs en particulier de son passage en Catalogne. "Le but contre le Real Madrid (en Liga) a été mon meilleur moment puis celui contre l'Inter (en Ligue des champions), se souvient-il. C'était un rêve, j'ai beaucoup appris... sûr et en dehors du terrain, par exemple, à penser davantage à la famille, à la petite amie. J'ai appris ça à Barcelone."

NC