RMC Sport

Coronavirus: le Real n'envisage pas (encore) le chômage partiel

La suspension de la saison en raison du coronavirus a conduit plusieurs clubs à avoir recours au chômage partiel afin de limiter les pertes économiques. Selon les médias espagnols, le Real Madrid de Florentino Perez n'envisagerait toujours pas de prendre une telle mesure.

La crise sanitaire liée au coronavirus a plongé de nombreux clubs dans le doute en raison de l'interruption de la saison. Privés de matchs, les cadors du football continental ont également dû suspendre toutes leurs activités et se retrouvent privés d'importantes recettes. 

Face à une telle situation, les clubs s'organisent et ont recours à d'importante baisse salariales ou même à du chômage partiel. Mais à l'inverse du Barça ou de l'Atlético, le Real Madrid n'envisage pas une telle solution pour le moment selon la presse ibérique.

>> Le sport face au coronavirus, les dernières infos en direct

Le Real compte toujours sur une reprise

Les arrivées d'Eden Hazard ou encore Luka Jovic et Eder Militao lors du dernier mercato estival ont coûté cher au club de Florentino Perez. Pourtant, le président madrilène ne se trouve pas encore obligé d'avoir recours au chômage partiel

"Nos matchs ne sont pas annulés mais reportés, a souligné Dave Hopkinson, directeur des partenariats du Real Madrid, dans des propos relayés par le journal AS. Il y a des choses qui peuvent être faites sur le calendrier international qui permettraient à la saison de se terminer si les choses s'éclaircissent d'ici à avril."

L'effet Perez 

Pour l'instant, du côté des dirigeants madrilènes, on compte surtout sur une reprise de la Liga pour sortir de la cette mauvaise passe. Mais le club madrilène bénéficie aussi du joli "trésor de guerre" amassé par Florentino Perez depuis son retour aux affaires en 2009.

Sous sa présidence, le Real aurait ainsi réalisé un bénéfice net d'environ 3,24 milliards d'euros, rappelle encore la presse espagnole. Un joli pactole qui permet désormais de compenser, en partie, les pertes liées au coronavirus et de ne pas avoir recours au chômage partiel. 

JGL