RMC Sport

Le Real Madrid le promet, Lopetegui sera toujours sur le banc pour le clasico

Le Real Madrid s'est imposé face au Viktoria Plzen ce mardi en Ligue des champions (2-1) et a peut-être sauvé la tête de son entraîneur... au moins temporairement. Emilio Butragueño, directeur des relations institutionnelles du club madrilène, a assuré que Julen Lopetegui serait sur le banc dimanche, pour le clasico chez le Barça.

Il n'y a pas vraiment de quoi pavoiser mais une défaite aurait sans doute poussé la direction à appuyer sur le bouton rouge. Le Real Madrid a fait le travail ce mardi en dominant le Viktoria Plzen (2-1), lors de la troisième journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Un rebond dans cette compétition pour les Madrilènes, battus chez le CSKA Moscou lors de leur précédente sortie européenne. 

Tout n'est pas rose et Julen Lopetegui reste au coeur de la tempête. Mais le remplaçant de Zinedine Zidane sur le banc du triple champion d'Europe en titre aura au moins temporairement sauvé sa tête. L'ancien sélectionneur de la Roja sera toujours en poste pour le clasico dimanche au Camp Nou, comme l'a assuré Emilio Butragueño après la rencontre.

>>> Cliquez ici pour vous abonner

"Nous vivons tout cela en toute normalité"

"S'il sera là? Oui, oui, en toute normalité, a confié le directeur des relations institutionnelles du club madrilène sur Movistar. Dans ce genre situation, il est très important de rester calmes, de rester unis et d'avoir confiance en nos joueurs. Le match de dimanche est une grande motivation pour tout le monde et nous espérons faire un bon match. Nous vivons tout cela en toute normalité, c'est le football. Nous entendons les rumeurs mais nous irons avec confiance au Camp Nou, conscients de la difficulté de ce match, en espérant un grand match de notre équipe."

Une façon d'aller dans le sens des cadres de l'équipe, comme Sergio Ramos ou Marcelo. En zone mixte, Karim Benzema était sur la même ligne. "On a une grande confiance en l'entraîneur, a confié le buteur du soir. On est avec lui. Ce n'est pas toujours l'entraîneur (le coupable), il y a aussi nous, les joueurs." Union sacrée, que le clasico viendra de nouveau mettre à l'épreuve.