RMC Sport

Liga: les capitaines s'opposeraient aux plans de chômage partiel

Les capitaines des clubs professionnels de football espagnol refuseraient les mesures de chômage partiel que les clubs veulent instaurer pour faire face aux troubles économiques engendrés par la suspension des compétitions à cause de la pandémie de coronavirus.

Ils disent non au chômage partiel. Les capitaines des 42 clubs sous la houlette de la LaLiga, organe qui gère le football professionnel en Espagne, auraient fait savoir ce samedi qu'ils étaient opposés aux ERTE (Expedientes de Regulación Temporal de Empleo ou Dossiers de régulation temporaire de l'emploi), selon le Mundo Deportivo et la Cadena COPE.

Ce dispositif permet à une entreprise de suspendre les contrats pour une durée déterminée, période durant laquelle elle peut ne pas payer ses salariés. Une solution que l'instance dirigeante du ballon rond espagnol à suggéré aux clubs, pour faire face à l'interruption totale des compétitions causée par la pandémie de Covid-19.

Des joueurs négocient une baisse de salaire

Lors d'une réunion organisée samedi par visioconférence avec le président de l'association des footballeurs espagnols, David Aganzo, les capitaines auraient assuré que certains joueurs négociaient déjà une baisse de salaire pour les prochains mois, compte tenu de l'impossibilité pour eux de disputer des matchs et de s'entraîner en raison des mesures de confinement. Sergio Canales, joueur du Betis, a ainsi assuré dans la presse locale andalouse qu'il était prêt à accepter les mesures de chômage partiel: "Il va falloir que nous apportons notre aide et je crois que tout le monde est ouvert à cela". Néanmoins, des joueurs préfèreraient attendre de voir l'évolution de la situation économique et de la pandémie avant de prendre une décision.

Quelques clubs ont déjà fait savoir qu'ils avaient l'intention de recourir à des plans de chômage partiel. C'est le cas du FC Barcelone, de l'Espanyol Barcelone et de l'Atlético de Madrid. "En ces temps de générosité, d'humilité, de solidarité, d'effort, il faut tendre la main et arriver à des accords pour trouver une solution viable pour tous: les institutions, les clubs, les joueurs, les membres des staffs techniques, les supporters", a déclaré Miguel Angel Gil Marin, directeur général du club madrilène. Quant aux deux équipes catalanes, les dirigeants ont prévu de réduire les journées de travail et la rémunération de leurs salariés de 70%.

L'Espagne est l'un des pays les plus durement touchés par la crise sanitaire. Elle compte plus de 5.700 décès et plus de 40.600 hospitalisations liées au Covid-19. Au moins 12.280 patients sont guéris.

Julien Absalon