RMC Sport

Pochettino, le film: comment le coach du PSG est tombé "amoureux" de Barcelone

La première partie du film événement consacré à la carrière de Mauricio Pochettino a été diffusée ce lundi dans le magazine "Transversales" sur RMC Sport. Le coach du PSG, passé par l’Espanyol en tant que joueur puis entraîneur, y raconte notamment sa fascination pour la ville de Barcelone.

Il en parle comme un véritable coup de foudre. Mauricio Pochettino a aimé Barcelone à la minute où il y a posé le pied. L’air méditerranéen, le soleil, l’architecture... un mélange de sensations agréables qui a suscité une attirance immédiate pour la cité catalane. Une ville dans laquelle il a vécu durant de longues années. En tant que défenseur de l’Espanyol Barcelone, à son arrivée en Europe (1994-2001), puis à la fin de sa carrière (2004-2006). Avant de s’assoir sur le banc du RCDE Stadium afin de lancer son aventure d’entraîneur (2009-2012). Le tout rythmé par des derbies intenses, bien que souvent déséquilibrés, face au grand Barça.

Mais l’essentiel pour lui a surtout été de s’installer à Barcelone. Pour faire partie de ce décor qui le fascinait. C’est ce que Pochettino confie dans le film événement que lui a consacré RMC Sport, dont la première partie a été diffusée ce lundi dans le magazine "Transversales" (la seconde partie est prévue lundi prochain).

"J’ai choisi l’Espanyol pour la ville de Barcelone. En 1992, j’étais là-bas avant les Jeux olympiques et je suis tombé amoureux de Barcelone, explique l’actuel coach du PSG. Quand je me suis marié en 1993, j’ai dit à ma femme que mon rêve était de jouer un jour à Barcelone. Et un an plus tard, j’ai reçu une offre de l’Espanyol. Donc j’ai dit:’Quoi qu’il arrive, peu importe le salaire, je veux jouer là-bas car je veux vivre à Barcelone’."

Le pèlerinage de Montserrat

Lors de son retour en tant qu’entraîneur, en janvier 2009, Pochettino récupère une équipe à l’agonie. Au bord de la relégation. Le jeune technicien décide alors d’emmener ses troupes au monastère de Montserrat, un lieu de pèlerinage prisé des Catalans. Pour demander une intervention divine afin de sauver le club. "Ils sont entrés dans la chapelle de la vierge, raconte Arnaud Baqué, un supporter de l’Espanyol. Pochettino l’a fixée pendant quelques secondes. Il a touché la statue du petit Jésus et il a fait le signe de croix. Je pense qu’il a fait ça pour rebooster le moral des supporters. Un petit coup médiatique, si on peut appeler ça comme ça."

"Pochettino ne fait pas les choses s’il n’y a pas un intérêt derrière, appuie un témoin de l’époque. Disons qu’il espère en tirer un bénéfice. Il savait que c’était une façon d’impliquer les gens pour qu’ils continuent d’y croire et de supporter l’équipe." Après cette virée spirituelle, l’Espanyol enchaînera une série de victoires assez miraculeuse. Pour passer de la vingtième à la dixième place de la Liga. Et assurer son avenir dans l’élite du foot espagnol.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport