RMC Sport

Ligue 1: un match à 19 millions d'euros entre Bielsa et le LOSC

Le procès opposant Marcelo Bielsa et le LOSC se déroule ce vendredi devant le conseil de prud’hommes. Le technicien argentin espère toucher près de 19 millions d’euros après son licenciement par le club nordiste en décembre 2017.

Toujours en course pour remporter le titre en Ligue 1, Lille se retrouve face à un autre duel d’importance ce vendredi. Le club nordiste est opposé à Marcelo Bielsa devant le conseil de prud’hommes. Le procès attendu depuis juin 2020 va enfin avoir lieu et le feuilleton judiciaire pourrait enfin toucher à sa fin, un peu plus de trois ans après le licenciement du technicien argentin par les Dogues.

Une "clause parachute" au centre des enjeux

Arrivé à Lille à l’été 2017 pour incarner le projet sportif porté par Gerard Lopez et Luis Campos, Marcelo Bielsa avait finalement été écarté dès le mois de novembre à la suite d’une série de mauvais résultats (3 matches gagnés, 3 nuls, 7 défaites) et une triste douzième place en Ligue 1.

Malgré un recrutement conséquent, l’actuel coach de Leeds (10e de Premier League) n’avait pas réussi à imposer sa patte sur l’équipe et avait été ensuite licencié pour faute grave en décembre 2017. Depuis, "El Loco" réclame près de 18,8 millions d’euros au LOSC pour un licenciement jugé abusif.

Pour défendre sa cause, le clan de l’Argentin de 65 ans s’appuie sur une "clause parachute" incluse dans un pré-contrat signé dès février 2017. Selon celle-ci, l’ancien entraîneur de Lille pourrait prétendre à toucher l’intégralité des salaires restants en cas de départ précipité, quelles que soient les causes de son éviction et de la résiliation de son contrat.

Problème, le seul document homologué par la LFP, dont la commission juridique s’est jugé incompétente, est le contrat signé par Marcelo Bielsa avec Lille et celui-ci ne comprend pas ladite clause. L’enjeu de ce conflit juridique tient donc autour de la valeur du pré-contrat signé entre les deux parties.

Lille a remporté la première bataille

Avant la résolution de cette affaire aux prud’hommes pour son licenciement, Marcelo Bielsa a déjà attaqué le LOSC en demande de mettre le club en cessation de paiement pour non-versement de ses salaires. Mais le tribunal de commercer de Lille avait statué en faveur des Dogues lors d’un premier verdict en mars 2018. L’entraîneur argentin avait même été condamné à verser 300.000 euros de dommages et intérêts au club nordiste pour procédure abusive.

Après avoir fait appel de cette condamnation, "El Loco" entend donc inverser la tendance et remporter sa guerre juridique, alors que du côté du LOSC, on réclame 560.000 euros pour procédure abusive. En l’absence de Marcelo Bielsa, bloqué en Angleterre en raison de l’épidémie de coronavirus et des mesures sanitaires, son avocat Me Benjamin Cabagno tentera d’obtenir gain de cause. Le verdict rendu ce vendredi par le conseil de Conseil de prud'hommes pourrait encore donner lieu à des procédures en appel et prolonger un peu plus le combat judiciaire entre l’entraîneur argentin et Lille.

Jean-Guy Lebreton Journaliste RMC Sport