RMC Sport

Accusé d'avoir été "une taupe" au PSG, Jérôme Rothen répond à Vahid Halilhodzic

Dans un entretien à So Foot, Vahid Halilhodzic a reproché à Jérôme Rothen d'avoir raconté aux journalistes ce qui se passait dans le vestiaire du PSG au début des années 2000. Le consultant RMC Sport a tenu à lui répondre.

Il tenait à répondre à "Coach Vahid". Dans une longue interview accordée à So Foot, Halilhodzic accuse Jérôme Rothen d’avoir informé la presse de ce qui se tramait dans le vestiaire lorsqu’ils étaient tous les deux au PSG, au début des années 2000.

>> Les podcasts de Rothen s'enflamme

"J’ai su après qui étaient les deux joueurs télécommandés pour mettre la merde dans l’équipe, et par qui. (…) Je ne veux même pas parler des taupes, ces pourris. Il y en a un qui passe son temps à parler dans la radio. Rothen ? Tout le monde le sait ! Les taupes, tout ce qu’elles veulent, c’est des bonnes notes dans les journaux ! Moi quand je jouais, je préférais avoir une bonne note, mais 5 ou 6 je m’en foutais... On est tous différents, chacun sa sensibilité, sa mentalité, son égoïsme..."

"Ce n'est jamais de sa faute"

Directement visé par ces propos, Rothen a choisi de donner sa version ce jeudi, en marge de son émission Rothen s’enflamme sur RMC : "Je suis content de savoir que 20 ans après il a trouvé les deux taupes. Il me cite, tant mieux. Il a tellement cherché la taupe pendant quelques mois que ça a fini par lui coûter sa place... Quand tu lis l’interview de Vahid, ce n’est jamais de sa faute. Dans tous les clubs où il est passé il s’est fait virer. Ça marche pendant six mois et après c’est la dégringolade."

"Il n’a aucune affinité avec ses joueurs, c’est le seul entraîneur comme ça. Ce n’est jamais de sa faute, il ne se remet pas en question. Je lui souhaite une bonne retraite. Il a fait des bonnes choses dans le football et des moins bonnes. C'est malheureux. Il perd un peu la mémoire. Je lui rappelle qu’il m’a entraîné seulement deux mois et demi. Je me suis blessé et derrière il s’est fait virer (en février 2005)", a-t-il poursuivi, avant d’ajouter sur un ton ironique : "Donc reconnaître en deux mois et demi que je parlais aux journalistes… Je suis désolé mais lors de tes autres défaites je n’étais plus dans le groupe."

Rothen s'enflamme