RMC Sport

ASSE-PSG: ce qu'il faut retenir du premier match de Pochettino

Pour son premier match à la tête du PSG, Mauricio Pochettino a concédé le nul 1-1 contre l'AS Saint-Étienne. Romain Hamouma a ouvert le score pour les Verts (19e), mais Moise Kean a égalisé peu après (22e).

Pas de première victoire pour la première de Mauricio Pochettino. Le Paris Saint-Germain n'a pu faire mieux que 1-1 sur la pelouse de l'AS Saint-Étienne, mercredi soir dans le cadre de la 18e journée de Ligue 1. Les Verts ont même réussi à ouvrir le score à la 19e minute, grâce à Romain Hamouma. Moise Kean est toutefois parvenu à rapidement égaliser, dès la 22e.

La première période de Verratti en meneur de jeu avancé

Comme annoncé par RMC Sport depuis la veille de la rencontre, Marco Verratti a évolué plus haut que d'habitude. Il ne s'est pas retrouvé dans un rôle de pur numéro 10, comme cela avait pu être le cas au début de sa carrière, mais plutôt dans une position de 8 avancé et très libre dans ses déplacements. Avec Ander Herrera et Idrissa Gueye plus bas que lui pour assurer les premières relances, le milieu de terrain italien a limité ses décrochages et a plutôt fait en sorte de se rendre disponible aux 30 mètres du but adverse.

Cela n'a pas toujours été évident pour lui de se défaire du quadrillage serré du bloc stéphanois, ce qui posera question face à un adversaire capable d'encore plus densifier sa zone. Il a néanmoins largement rempli sa mission. Rares ont été les situations intéressantes qui ne sont pas passées par lui. Preuve de son influence et de sa bonne prestation dans ce rôle: c'est en se trouvant dans la surface de Jessy Moulin qu'il a pu délivrer sa première passe décisive en offrant le but égalisateur à Moise Kean.

Pochettino a utilisé deux systèmes

Le départ de Thomas Tuchel a sans doute sonné le glas du 3-5-2. Mauricio Pochettino a donc choisi de démarrer la rencontre dans un 4-3-3 avec une pointe haute. Sans surprise, les latéraux ont tout de même continué à jouer haut et près de la ligne de touche. Par contre, contrairement à ce qui se faisait avant, les phases de possession n'ont pas donné lieu à un décrochage systématique d'un milieu de terrain pour s'intercaler entre les deux défenseurs centraux (Marquinhos et Thilo Kehrer). Ander Herrera l'a parfois fait, mais seulement par intermittence. Ce qui pourrait expliquer certains errements face aux quelques séquences de pressing, mais aussi l'ouverture du score stéphanoise. Celle-ci a été la conséquence d'une relance dans l'axe pas vraiment idéale de Thilo Kehrer pour Idrissa Gueye, coupable d'une perte de balle après avoir été serré par deux joueurs à l'entrée du rectangle parisien.

Émoussé après la pause, le Paris Saint-Germain est ensuite passé en 4-4-2 à l'heure de jeu. Un changement de système effectué avec l'entrée de Julian Draxler pour Idrissa Gueye. Peu en réussite, Kylian Mbappé a délaissé son côté gauche pour se recentrer à côté de Moise Kean. Les ajustements n'ont cependant pas eu les effets escomptés. La possession de balle s'est même effondrée, passant de 78%-22% à 57%-43%. 

Au final, Paris n'a pas vraiment bien joué

Sans surprise, parce que Mauricio Pochettino ne peut pas faire de miracles après trois entraînements, le Paris Saint-Germain n'a globalement pas bien joué. La belle prestation de Marco Verratti en première période a été l'arbre qui cache la forêt. Beaucoup de joueurs ont rendu des prestations insuffisantes, comme Kylian Mbappé, Angel Di Maria ou encore Mitchel Bakker (dont la qualité de centre laisse toujours à désirer). Thilo Kehrer, lui, a encore montré des signes de fébrilité. Quant aux occasions parisiennes, elles ont finalement été plutôt rares et timides.

La seconde période a même donné une impression de manque de maîtrise, rappelant certaines difficultés des derniers matchs de Thomas Tuchel après chaque mi-temps. Le club de la capitale a même failli être puni à la 70e minute, avec une tête de Denis Bouanga qui a heurté la barre transversale. Le chantier ne fait que commencer.

JA