RMC Sport

PSG: Verratti en numéro 10, ça donne quoi ?

Pour son premier match avec le PSG, ce mercredi contre Saint-Etienne (21h), Mauricio Pochettino devrait utiliser Marco Verratti en tant que numéro 10. Un positionnement plutôt rare pour l’Italien, qui a déjà fait ses preuves dans ce registre par le passé.

28 août 2016, stade Louis-II. Unai Emery a pris place sur le banc du PSG depuis à peine deux mois, fraîchement débarqué du FC Séville. Confronté à des états de forme disparates et au forfait de Javier Pastore, l’entraîneur basque prend le pari de faire jouer Marco Verratti en numéro 10, à la baguette derrière un trio offensif Lucas-Cavani-Di Maria. A la clé, une prestation laborieuse pour le milieu italien, qui semblait avoir perdu sa boussole et n’a pu empêcher son équipe de chuter à Monaco (3-1). Quatre ans plus tard, un nouveau coach du PSG pourrait être tenté de faire évoluer le joueur de 28 ans en meneur de jeu.

Alors qu’il a disposé à l’entraînement de mardi matin une première ébauche d’équipe, le nouvel entraîneur parisien Mauricio Pochettino a livré quelques enseignements étonnants sur ce qui pourrait être son premier onze à Saint-Etienne, ce mercredi (21h, 18e journée de Ligue 1). Un onze privé de nombreux titulaires habituels, où Marco Verratti était positionné en milieu offensif, derrière la pointe Moïse Kean, avec Kylian Mbappé à sa gauche et Angel Di Maria à sa droite. Une place qu’il a déjà ponctuellement occupée par le passé, avec plus ou moins de succès.

Le maître à jouer du 3-5-2 de Ventura

Depuis son arrivée de Pescara (Serie B) à 19 ans – où il était milieu offensif avant d’être replacé par Zdeněk Zeman un peu plus bas sur le terrain –, le petit Italien a surtout été utilisé dans des systèmes à deux ou trois milieux, positionné devant la défense ou en tant que relayeur. Lors de la saison 2016-2017, alors quasi exclusivement employé en tant que 8 par Emery – visiblement pas satisfait du rendement de son joueur en Principauté –, Marco Verratti l’est dans un tout autre rôle avec la sélection italienne.

Marco Verratti (Italie)
Marco Verratti (Italie) © ICON

"Gufetto" est positionné plus haut sur le terrain sous les ordres de Giampero Ventura, le sélectionneur de l’époque. Lors d’un amical aux Pays-Bas en mars 2017 (1-2), celui-ci avait notamment livré une partition étincelante contre les Oranje, s’érigeant en vrai patron technique de son équipe et créant des brèches par sa position avancée au cœur du 3-5-2 de la Nazionale. Souvent critiqué pour son apport famélique sur le plan des statistiques, lui qui marque très rarement des buts ou délivre trop peu de passes décisives (0 but et 1 passe décisive en 13 matchs toutes compétitions confondues cette saison), Verratti pourrait-il davantage s’épanouir en meneur de jeu sous Pochettino? Le débat pourrait rapidement refaire surface.

"Verratti, c’est un milieu de terrain relayeur, tout le monde le sait"

"Si on me demande de choisir un 10 entre Rafinha et Verratti, je prends Rafinha tout de suite, lâche ce mardi sur RMC Jean-Michel Larqué, questionné sur son rôle, dans Top of the Foot. Dans sa carrière, Verratti marque un but tous les 36 du mois. Il doit en mettre un ou deux par saison, et encore. Je pense qu’aujourd’hui, ce qui manque au Paris Saint-Germain, c’est un vrai créateur qui peut aussi être finisseur. Verratti, c’est un milieu de terrain relayeur, tout le monde le sait. Peut-être qu’à Saint-Etienne, sur un match où ils (les Parisiens) sont archi favoris, il sera capable de briller. Mais pour le haut niveau, ça ne me convient pas." 

Même constat pour Jérôme Rothen, qui voit l’utilisation haute de Verratti dans un 4-2-3-1 comme une solution qui ne peut qu’être temporaire. "Vous verrez, il ne jouera pas vraiment en numéro 10. Pour moi, il n’a pas les qualités, et sur les passes décisives, il est trop en retrait, estime l’ancien Parisien dans Top of the Foot. Ce que j’attends du PSG de Pochettino, c’est qu’il arrive à prendre le jeu à son compte avec la possession. Dans ce style-là, Verratti est peut-être l’un des meilleurs. Il faut donc qu’il touche 100 ballons sur le match et qu’il soit plus bas sur le terrain."

En attendant Neymar…

Questionné sur ce sujet lors de sa conférence de presse de présentation, Mauricio Pochettino aurait pu apporter quelques éclaircissements quant à la future utilisation du transalpin dans son système de jeu. Mais le coach argentin, pas forcément ravi de savoir que l’info de l’utilisation de Verratti en 10 était sortie dans les médias, a préféré botter en touche. "Qui a dit que j’allais jouer comme ça? (Rires) Je vous raconterai plein d’anecdotes par la suite, s’est-il amusé. Mais comme je l’ai dit avant, le football, c’est un système dynamique. A chaque fois qu’on arrête le jeu, on va trouver des positions différentes chez les joueurs. Chaque photo donnera un système différent de celui du coup d’envoi."

Si l’Argentin préfère ne pas parler de systèmes de jeu mais plutôt d’animation, nul doute que son international italien aura une place prépondérante dans son équipe à l’avenir. Une utilisation en tant que milieu offensif redistribuerait de nombreuses cartes dans le secteur offensif parisien, où les prétendants de prestige sont nombreux (Di Maria, Neymar, Mbappé, Kean, Sarabia, Icardi voire Draxler ou Rafinha), où les places valent très chères. Pas certain, de toute façon, que son positionnement face aux Verts donne une indication définitive sur le plan de Pochettino. Sa place sera de toute façon requestionnée une fois les blessés, et surtout Neymar, remis sur pied.

Romain DAVEAU