RMC Sport

Aulas évoque une possible "marque unifiée" entre l'OL et l'Asvel

Interrogé par Le Progrès dimanche, Jean-Michel Aulas a détaillé ses ambitions pour les deux clubs alors que l’OL est entré au capital de l’Asvel.

Insatiable Jean-Michel Aulas. L’ambition du patron de l’OL n’est jamais trop grande pour son club de football, qu’il compte bien hisser au sommet du football français avant de passer la main. Pour ce faire, Jean-Michel Aulas a décliné sa vision à moyen terme avec trois grandes lignes directrices dont l’aboutissement sera de "transformer le groupe OL en un groupe d’entertainment mondial" et de façonner une marque qui génère des revenus conséquents en marketing et sponsoring à l’instar des très grands clubs européens, comme le PSG en France.

Une double identité pour la marque OL

Interrogé par nos confrères du Progrès sur la marche à suivre, Aulas a indiqué vouloir trouver une spécificité dans un environnement, celui du football européen, ultra-concurrentiel où les clubs du gotha les mieux administrés sont aussi les mieux installés. "Et quand on a analysé les structures de nos concurrents, les grands clubs qui sont visibles à l’international, on s’est rendu compte qu’ils étaient structurés, comme Barcelone, Madrid, par une identité football mais aussi basket." D’où la prise de participation minoritaire au capital de l’Asvel et de Lyon Asvel, annoncée en grande pompe la semaine passée.

Vers une fusion?

Minoritaire ne veut pas dire anodine puisqu’elle se chiffre à quelque 3.5 millions d’euros et qu’en tant que partenaire, le groupe OL a prévu d’engager la somme de 2.5 millions d’euros par an pendant cinq ans. L’ambition est d’installer l’Asvel en France comme le club numéro un et d’en faire l’un des clubs les plus puissants d’Euroligue, une compétition que le club de Tony Parker va justement retrouver la saison prochaine. Le timing est idoine et la construction d’une salle à l’horizon 2023 augure d’un changement de dimension, à la fois pour l’OL et l’Asvel, qui en profitera les soirs d’Euroligue. La construction de la salle de spectacle étant prévue à proximité du Groupama Stadium, elle pourrait signifier un rapprochement des deux entités, voire une fusion entre l'OL et l'Asvel.

Rêver plus grand

"C’est pour le moment au service de deux marques, mais ça pourrait être demain au service d’une marque unifiée", nous apprend Jean-Michel Aulas au sujet de ses projets. L’idée a fait son chemin. "On n’en est pas là, reprend toutefois le président de l’OL. C’est le début d’une grande aventure. On peut utiliser la formidable image de Tony Parker non plus uniquement sur Villeurbanne, la Métropole de, la France, ou l’Europe, mais aussi sur des pays qui nous intéressent comme les USA et l’Asie. L’image de Tony Parker est probablement monnayable. A travers l’OL, on peut imaginer des choses qu’on ne pouvait pas imaginer auparavant." Et rêver plus grand? 

QM