RMC Sport

Bordeaux : l’échange corsé sur RMC entre Christophe Dugarry et Jean-Louis Triaud

-

- - -

Dans Team Duga ce lundi sur RMC, Christophe Dugarry, ancienne figure emblématique des Girondins, accueillait Jean-Louis Triaud. L’occasion d’un échange croustillant entre le membre de la Dream Team RMC Sport, pas convaincu par la politique de son ancien club, et le président bordelais.

Si Christophe Dugarry a écrit certaines des belles pages de l’histoire des Girondins de Bordeaux dans les années 90, le membre de la Dream Team RMC ne reconnait plus son club, qu’il décrit comme « ordinaire ». Dans Team Duga ce lundi, aux côtés de Frank Leboeuf, il a pu livrer ses critiques aux président des Girondins, Jean-Louis Triaud, qui a accepté son invitation sur l’antenne de RMC. Le débat a débuté sur la faible affluence au Matmut Atlantique….

Jean-Louis Triaud : « Le stade est à moitié vide parce qu’il fait 42 000 places. C’est trop grand pour Bordeaux actuellement. Mais un stade dure 75 ans. On le construit pour l’avenir, pas seulement pour la saison 2016-2017. L’année dernière, on a fait plus d’entrées qu’à Chaban-Delmas à équipes adverses égales. Il y a aussi un problème de transports qui nous pénalise un peu. »

A lire aussi>> Coupe de la Ligue : Lyon, Bordeaux et Lille accueilleront les trois prochaines finales

Christophe Dugarry : « Et le spectacle médiocre ? »

Jean-Louis Triaud : « On est d’accord, même s’il n’y a qu’une chose qui me plait, c’est la victoire. Je sais que Christophe est un esthète du football, il veut que ça joue bien et que ça gagne. »

Christophe Dugarry : « Pas toujours mais au moins de temps en temps… »

Jean-Louis Triaud : « Entre jouer bien et perdre comme certaines équipes qui ont fait l’ascenseur, moi je préfère gagner des matches. Ceci étant, on n’en a pas gagné assez. On a eu des explications. Certains matches, on avait 13 joueurs blessés ou suspendus. Je crois que Willy Sagnol n’a jamais eu l’intégralité de son effectif à sa disposition. Si on fait l’analyse, on n’a jamais perdu contre les « gros ». On a battu deux fois Monaco. Paris ne nous a pas battus… C’est face aux équipes réputées à notre portée qu’on n’a pas su faire la différence. »

Christophe Dugarry : « Ce sont des explications ou des excuses ? J’ai l’impression que ce sont toujours des excuses. Il faut reconnaître que ce club est train de devenir ordinaire, ce qu’il n’a jamais été. »

Jean-Louis Triaud : « On a un passage en creux parce qu’on a choisi de jouer la carte de la jeunesse. On prend les joueurs jeunes. Si on attend qu’ils aient 22-23 ans et qu’ils soient confirmés, on ne pourra plus se les offrir. On prend un risque. »

Christophe Dugarry : « Ce n’est pas embêtant non plus que la réserve descende en CFA2 ? »

Jean-Louis Triaud : « Oui et non. La plupart des réserves des équipes professionnelles sont en CFA, CFA2… Celle de l’OM a même été en DH. On fait jouer des gamins. On ne joue pas en CFA pour gagner le titre de champion de CFA, on s’en fout. »

Christophe Dugarry : « C’est la première fois que j’entends ça ! »

Jean-Louis Triaud : « On est en CFA pour les endurcir, leur faire faire un travail qui les amène normalement vers le professionnalisme. En général, tous nos gamins sont surclassés. La moitié des 19 ans, qui pourraient jouer en U19, jouent en CFA. Quand tu affrontes une équipe qui joue la montée en National, des joueurs de 30 ans veulent se payer les gamins du centre de formation de Bordeaux. »

Christophe Dugarry : « Je ne comprends pas. Ces explications sont tellement incroyables ! »

Jean-Louis Triaud : « Je ne vois pas en quoi elles sont incroyables. »

Christophe Dugarry : « L’équipe de CFA descend et c’est pas grave, ça va permettre aux jeunes de plus s’adapter… Non mais c’est quoi cette blague ? »

Jean-Louis Triaud : « On ne descend pas pour qu’ils s’adaptent plus, mais parce qu’on a pris le parti de faire jouer les gamins très jeunes et qu’ils sont en difficulté contre des adultes ou des équipes qui jouent le National. L’objectif est de les aguerrir. »

A lire aussi>> Matchs amicaux : l’OM sévèrement battu, Bordeaux accroché

Christophe Dugarry : « Je suis ravi de voir que tout va bien. On va se régaler. Il va y avoir un spectacle incroyable, c’est génial ! »

Jean-Louis Triaud : « Je ne dis pas ça non plus. On fait le maximum pour avoir une bonne équipe. Cette année, je crois qu’elle est plus équilibrée avec des joueurs d’expérience. M6 assume l’équilibre tous les ans. »

Frank Leboeuf : « Président, on sait que l’argent est le nerf de la guerre… »

Christophe Dugarry : (il coupe) « Pas toujours ! En Coupe d’Europe, beaucoup d’équipes éliminent des clubs avec des budgets plus importants. »

Jean-Louis Triaud : « Il y a des clubs avec des budgets moindres mais où les joueurs ne payent pas d’impôts, où ils sont logés, nourris, blanchis, ils ont une voiture… Quand on affronte une équipe de Chypre, ils ont un budget moindre mais dans la réalité, il est plus du double. »

Christophe Dugarry : « Vous n’allez pas me dire que les joueurs de Chypre sont meilleurs que les joueurs des Girondins ? Président, je ne peux pas entendre ça ! »

Jean-Louis Triaud : « J’ai pris ton résonnement. Tu as dit : « avec des budgets moindres ». Je te dis non. A Chypre, il y avait six joueurs espagnols, deux Argentins et un Brésilien. Je crois qu’il y avait un seul Chypriote. »

Cette discussion vive mais cordiale entre Christophe Dugarry et Jean-Louis Triaud s’est terminée avec des remerciements et ces mots de Duga : « Je reconnais que cette équipe apparaît meilleure que la saison dernière… » 

Team Duga - "Le mercato du PSG est raté"