RMC Sport

Bordeaux: le coup de gueule d’Adli contre le manque d’exigence et les conflits au club

Après le match nul de Bordeaux face à l’OM ce dimanche en Ligue 1 (0-0), malgré une supériorité numérique, Yacine Adli a poussé un coup de gueule contre le manque d’exigence et les conflits au sein des Girondins.

Remonté, Yacine Adli. Passé tout proche de l’expulsion face à l’OM ce dimanche soir en clôture de la 25e journée de Ligue 1 (0-0), pour une semelle sur Yuto Nagatomo, le milieu de terrain des Girondins de Bordeaux a poussé un coup de gueule en conférence de presse contre le manque d’exigence et les multiples conflits au sein du club. Tout est parti de sa "frustration" de voir que les Bordelais ratent à chaque fois l’occasion de se rapprocher de la lutte pour les places européennes.

"A tous les niveaux, il manque quelque chose pour prétendre jouer juste un peu plus haut, a estimé le joueur formé au PSG (20 ans), arrivé en 2019. Quand on regarde les équipes au-dessus, il y a moyen de faire quelque chose. On est les Girondins de Bordeaux, il y a moyen d’aller grappiller en haut. Mais pour être une équipe du haut de tableau, il faut qu’à tous les étages, ça soit ‘on va jouer le haut de tableau’. Il faut que tout le monde soit conscient que pour jouer le haut de tableau, il faut être exigeant. C’est dans le travail quotidien qu’il faut mettre cette exigence-là."

Adli: "Ça crée de mauvaises ondes"

"Aujourd’hui, vous voyez l’effectif, tout le monde le connait, a ajouté Yacine Adli. On a beaucoup de joueurs en fin de contrat (Ben Arfa, De Préville, Poundjé, Sabaly, Jovanovic, ndlr). Il y a beaucoup de conflits internes, externes. Tous ces trucs-là, ça crée de mauvaises ondes, des ondes négatives, qui font que tu ne peux pas jouer le haut de tableau comme ça. Il faut se rendre à l’évidence. Si tout le monde se serre les coudes… Mais on ne sent pas cette osmose, en vérité. Hier (samedi), les supporters sont venus nous voir, ça nous a fait du bien. On a senti quelque chose. Mais c’est trop peu, c’est trop compliqué."

Pour Yacine Adli, pour concurrencer les prétendants à l’Europe, "il faut beaucoup de choses et aujourd’hui, Bordeaux ne les a pas". "Il faut se rendre à l’évidence, tonne le jeune milieu de terrain des Girondins. Ce n’est pas nouveau. Ça ne fait pas six mois ou un an. Il faut que tout le monde soit conscient de ça, que tout le monde se remette au travail. Il faut être conscient qu’aujourd’hui, on ne peut pas prétendre à être européen." Aux deux tiers de la saison, Bordeaux est en plein dans le ventre mou de la Ligue 1, avec 11 points d’avance sur le barragiste (Nantes, 18e) et cinq de retard sur la potentielle dernière place qualificative pour la Ligue Europa (Rennes, 5e). Ce coup de gueule de Yacine Adli permettra-t-il de relancer les Girondins ?

LP avec NP