RMC Sport

Bordeaux: Martin répond à l’UNECATEF pour Ricardo

Lors de la présentation officielle de Ricardo ce jeudi à la presse, le président des Girondins de Bordeaux, Stéphane Martin, a évoqué la situation du Brésilien et la montée au créneau de l’UNECATEF à son sujet, qui refuse de le voir endosser le rôle d’entraîneur car insuffisamment diplômé.

Raymond Domenech s’est montré clair et ferme. Dans un entretien accordé à Sud-Ouest, le président de l’UNECATEF (syndicat des entraîneurs) et ancien sélectionneur de l’équipe de France avait réagi à l’arrivée prochaine de Ricardo sur le banc des Girondins de Bordeaux. Et avait mis le club au scapulaire au parfum. "Le syndicat UNECATEF n’accepte pas qu’un entraîneur non diplômé exerce en France. S’il vient en tant que manager, Ricardo aura le droit de s’asseoir sur le banc en tant que dirigeant. Mais il n’aura pas le droit de se lever, d’avoir le moindre contact avec les arbitres, avait notamment émunéré Domenech. Il ne pourra pas tenir les conférences de presse réglementaires avant et après les matches, mais il pourra s’exprimer de temps en temps dans son rôle de manager. Ricardo pourra diriger les entraînements, mais en présence d’Eric Bédouet, qui devra être aussi sur le banc à chaque match."

"Peut-être qu’on lui donnera un café et un sandwich mais oui il sera sur le banc"

Un cahier des charges à bien suivre, sous peine d’amende de 25 000 euros en cas d’éventuelle irrégularité… qui ne fait pas peur au camp bordelais et à son président Stéphane Martin. Présent ce jeudi en conférence de presse pour introniser Ricardo – au poste de manager – à la presse, le dirigeant girondin a répondu avec humour à l’UNECATEF. "On connait très bien le règlement. On le respectera. On a pris acte que Ricardo n’était pas assez expérimenté pour avoir une fonction de coach principal. Il est manager général et quand il gagnera un peu en expérience, on veillera peut-être à ce qu’il ait une équivalence de diplôme, a lâché Stéphane Martin. On prend quelqu’un de novice, on en tiendra donc compte dans notre gestion. On sait très bien quels sont les droits et les devoirs d’un entraîneur. On respectera scrupuleusement le règlement. Ne vous inquiétez pas pour lui. On lui trouvera une place assise de qualité. Peut-être même qu’on lui donnera un café et un sandwich mais a priori, oui, il sera sur le banc."

N.P